À toi, mon petit être hypersensible

Voilà ! On peut enfin mettre un nom sur ce que tu vis depuis toujours. Même si tu as tout juste 7 ans, cela nous permet aujourd’hui de comprendre ce trait de caractère si incompris de nous tous et assurément très difficile à vivre pour toi depuis longtemps. 

hypersensibilité, enfant, trouble, intensité

Tu sais mon coeur, dans la société où l’on vit, on dit souvent d’un enfant qui pleure ou qui a peur qu’il est « juste hypersensible ». Le mot a fini par être banalisé, voire même utilisé à outrance pour qualifier n’importe quel enfant jugé un peu trop émotif. Mais ce trouble existe bel et bien et touche près de 20 % de la population. 

Un jour, un professionnel t’a dit dans le blanc des yeux : « mon grand, s’il y avait plus de gens comme toi sur la planète, le monde se porterait mieux ». Ça t’a fait sourire. Moi, ça m’a marqué. Parce que c’est vrai qu’elle est belle ton hypersensibilité. Et ce n’est surtout pas un défaut d’être si près de ses émotions comme tu l’es. Et ce n’est surtout pas parce que tu es un petit garçon que ça devrait être davantage mal perçu. Elle te joue des tours parfois et te vire à l’envers, mais je sais qu’il existe des tas d’outils pour t’aider à la vivre plus paisiblement. 

On a longtemps cherché à t’identifier à une pathologie x parce que tu vis les choses intensément, que tu es contrarié lorsque tu te trompes, que tu pleures plus fréquemment, que tu te retires lorsque tu es témoin de situations qui affectent ceux que tu aimes, que tu es terriblement sensible aux critiques, à la peur d’échouer et de décevoir. On t’a souvent dit de ne pas t’en faire autant, de ne pas être si sensible et de ne pas prendre les choses de façon si personnelle. Mais on avait tout faux. Sur toute la ligne. 

Tu es comme tu es et tu n’es surtout pas le seul. C’est à nous, les parents, les enseignants et la société d’accepter, tout comme on accepte le TDAH d’un enfant, que l’hypersensibilité existe vraiment et qu’elle est probablement juste mal comprise par plusieurs. C’est vrai qu’elle t’apporte bien des désagréments ton hypersensibilité, mais aussi de belles qualités toutes plus appréciables les unes que les autres. Tu es plus empathique et attentionné aux problèmes des autres. Tu possèdes un sens du détail remarquable qui te donne des capacités impressionnantes en arts plastiques et visuels. Ta curiosité insatiable et ton imagination débordante te font réaliser de grandes choses. Ta compassion et ton sens de la justice sont appréciés de tous. Ton intelligence, ta façon d’apprendre et ta logique font de toi un être brillant et attachant. Tu ressens la vie différemment et plus intensément que les autres. C’est tout. Et c’est tout sauf une faiblesse. 

Nous allons cheminer avec toi tranquillement. Non pas en essayant de te changer, mais bien en te guidant et surtout, en te donnant des trucs pour apaiser et accepter ton hypersensibilité. Pour que la vie te paraisse plus douce à partir de maintenant.

Pour plus d’informations sur l’hypersensibilité, je vous suggère la lecture de l’ouvrage Ces gens qui ont peur d’avoir peur Mieux comprendre l’hypersensibilité de l’auteure Elaine N. Aron, aux éditions de l’Homme.

Article rédigé par Isabelle Lalancette

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Instagram