Le texte que toutes les mamans devraient lire...

physiothérapeute -périnée-physio-maman-accouchement-douleurs-étirements-soulager les tensions-Je suis une maman

Bonjour les mamans !  Je suis physiothérapeute. Mais pas n'importe laquelle ! Je suis une physio spéciale.  Celle du périnée. Ce célèbre périnée. Celui-là même qui nous quitte à petit feu durant la grossesse pour nous abandonner complètement à l'accouchement. Parfois on est chanceuse, les dégâts sont plus subtils! Mais certaines d'entre nous, pour ne pas dire plusieurs, vivrons des changements. Des changements qui vous dérangent, mais pas au point d'en parler, ou de trouver une solution. En tout cas, pas tout de suite! On est bien trop occupées! Alors on s'habitue à nos nouvelles douleurs lors des relations. On rit de nos petites gouttes d'urine quand on saute. On endure nos maux de dos. On met les odeurs de gaz inopportuns sur le dos de nos enfants...  

Ça vous parle? Alors voilà. J'ai envie de vous aider à comprendre ce qui vous arrive. Mais surtout, j'ai envie de vous aider à trouver des solutions. En plein dans mon 3e congé de maternité, je peux vous dire qu'en plus de mes connaissances, j'ai maintenant le ressenti. Alors, n'hésitez pas à me poser vos questions. Aucun tabou ici! 

Comme premier sujet, j'ai pensé vous parler des étirements vaginaux. En faire avant l'accouchement peut prévenir bien des problèmes. Mais d’abord, je vous explique pourquoi il faudrait en faire après.

Pour commencer, il faut comprendre que l'accouchement, c'est un traumatisme pour le périnée. Et parfois le corps, pour nous protéger, va créer des tensions musculaires pour figer la région blessée. Pour nous obliger à prendre du repos et à laisser guérir. Un peu comme lorsque nous nous coinçons une vertèbre dans le cou, tous les muscles vont se tendre pour former une sorte de collet cervical et nous soutenir. On a alors droit à un torticolis. La même chose peut se produire au niveau du vagin. Pas chez tout le monde, mais souvent. 

Comment sait-on si notre vagin a décidé de devenir tendu ? Et bien, avec des tensions vaginales, tout est plus sensible. Notre vessie arrive donc moins à contenir et on doit aller beaucoup plus souvent à la toilette. Nos envies peuvent être plus urgentes et parfois même surprenantes. On peut aussi avoir l'impression que le coccyx est rentré par en dedans, car nos muscles tirent dessus. Sortir les selles peut être plus forçant vu que le canal est plus petit. Mais le plus fréquent symptôme sera d'être inconfortable à la pénétration. 

Des muscles tendus, c'est aussi des muscles qui sont contractés en tout temps et même au repos. Ces muscles sont donc fatigués de toujours travailler et ils seront moins compétents lors d'une surcharge. Alors en éternuant, quelques gouttes d'urine peuvent sortir. Les muscles risquent aussi d'être trop fatigués pour tenir vos articulations. Vous aurez donc des douleurs aux dos, aux hanches, etc.   

Si vous tentez de renforcir des muscles qui travaillent déjà trop fort, et bien, vous risquez de ne pas avoir beaucoup d'amélioration. Les Kegel ne règleront donc pas vos problèmes. En tout cas, pas tout de suite.

Alors, pourquoi ne pas leur donner le break qu'ils réclament? 

Pour ce faire, vous pouvez tout simplement rouler une serviette et vous assoir à califourchon dessus. Vous sentirez la pression de la serviette sur la vulve . Vous n'aurez qu'à respirer profondément et à visualiser que la vulve fond et se détend autour de la serviette.  La pression devrait tranquillement diminuer.

Par la suite, vous pourrez insérer un doigt (propre idéalement) dans le vagin et faire une pression vers la droite. Quand vous sentez que ça tire légèrement, un peu comme un mollet lorsqu'on l'étire, maintenez la pression 30 secondes. Refaites le 3x. Ensuite, faites-le vers le bas et la gauche. 

Parfois, vous sentirez un point plus douloureux dans un endroit précis du vagin. Dans ce cas-là, crochetez votre doigt et appuyez directement dessus. Il pourrait s'agir d'un point gâchette (trigger point). Détendez-vous et laissez la tension s'en aller. Maintenez la pression pendant 30 secondes, relâchez, et recommencez jusqu'à ce que le point parte complètement.

Quand vous sentirez que les tissus vaginaux sont plus souples, moins douloureux, il est temps de reprendre le renforcement. Vous réussirez peut-être à retrouver l'équilibre! 

Si vous voyez que vos tensions perdurent et ne s'améliorent pas après quelques jours, ou si vous trouvez qu'elles empirent, peut-être que vous avez besoin d'aide pour que ça s’arrange. Je vous conseille donc de consulter une physiothérapeute formée en obstétrique! Elle pourra faire elle-même un bon relâchement et vous serez ensuite en mesure de continuer par vous même à la maison! 

Alors les mamans, étirez-vous bien, car au prochain topo, nous reprenons le renforcement en grand!

Article rédigé par Mélanie Claveau, physiothérapeute à la clinique de Santé Pelvienne et Pédiatrique

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Instagram