Je veux du temps en famille

Je vais vous faire un aveu... Je refuse la grande majorité des invitations aux fêtes d’enfants que les miens reçoivent, et ils ne sont pas inscrits à plus d’un cours chacun à la fois. La raison en est simple : je veux que nous passions du temps en famille!

Photo : Émilie Poirier

Photo : Émilie Poirier

Mes enfants n’ont que 4 et 1 an, et je sais bien que dans quelques années, tout sera différent. Leurs amis prendront plus d’importance et de place dans leur vie, et ce sera sain et correct ainsi. Par contre, pour l’instant, je les trouve bien petits pour passer une demi-journée sans leur parent dans une fête d’amis. Nous n’avons que 2 petites journées par semaine (plus les vacances) pour faire des activités à 4, en famille. Je n’ai pas envie de nous en enlever! La fin de semaine, nous aimons flâner au lit ensemble, jouer au parc, faire du ski nautique ou du ski alpin, aller voir les grands-parents, déjeuner au restaurant, faire les commissions tous ensemble, organiser des activités spéciales, etc.

Et j’ai le même raisonnement concernant les cours les soirs de semaine. On leur en demande déjà beaucoup et l’horaire hebdomadaire est chargé. Il faut se préparer le matin pour aller à la garderie à temps pour que nous soyons à l’heure au travail, puis ils ont une journée occupée en apprentissage. Le soir, nous devons souper, prendre le bain et faire la routine du dodo. Le temps de jeu en famille est plutôt court. Je n’ai aucunement l’envie d’ajouter la course aux cours, et d’ajouter par le fait même du stress et de la pression à toute la famille. Un chacun, je trouve ça suffisant. Ils bougent déjà beaucoup, autant à la garderie qu’à la maison, le soir et les fins de semaine. De plus, je veux faire attention à ne pas leur en mettre trop sur les épaules, à ne pas trop les faire courir sans cesse et à limiter la pression de performance. Du temps libre, à être relax, ça leur fait du bien (et à nous aussi!).

Et voilà, mon aveu est fait. Beaucoup de parents me regardent comme une extraterrestre quand je dis tout ça... Suis-je la seule à penser de cette façon?

Article rédigé par Émilie Poirier

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Instagram