Mon coéquipier préféré

Fou comment on peut être en train de vivre une situation et hop – on fait un apprentissage ou un constat important. D’autres fois, les événements de notre quotidien nous ramènent à l’essentiel. 

Cette semaine, j’ai vécu tout ça. Je vous explique. 

Pierre étant parti depuis dimanche – ça roule à vitesse grand V puisque toute l’organisation familiale est tombée dans ma cour. Étant la personne organisée que je suis, je savais que tout se passerait bien malgré le temps de l’année : fin des classes/examens/bris d’horaire à l’école.

La semaine fut intense, je ne vous le cacherai pas et même si j’avais presque tout sous contrôle (à part de la matinée où j’ai craqué ), il y avait un petit vide à l’intérieur de moi. Il manquait quelque chose 

vie de famille - parent

Mon coéquipier préféré.

Pierre.

La vie va vite, nous avons eu une première moitié d’année FOLLE avec plusieurs changements et je l’avoue, j’avais oublié à quel point j’aime l’avoir à mes côtés.

Non seulement il est un conjoint extra, mais il est un père fabuleux pour mes enfants.

Cette semaine, quand le téléphone sonnait ou le FaceTime partait- les enfants savaient que c’était « papa ». Ils avaient hâte de lui parler. Je les observais et c’était siiii beau à voir. Puis c’est là que le déclic s’est fait. Que je me suis rappelé à quel point j’étais privilégiée d’avoir ce coéquipier extra dans ma vie.

J’ai vécu la grande majorité de ma vie sans père alors de voir mes enfants et la relation qu’ils ont avec le leur – wow, c’est juste du beau. Depuis la naissance d’Emma et Philippe, Pierre est ultra présent auprès d’eux. Il les aime tellement. Ça paraît, ça se voit, ça se sent.

Avec les années, je vois aussi la belle complicité se développer entre père et fils. Quel cadeau, autant pour Pierre que pour Philippe.

L’absence de Pierre cette semaine m’a donc fait prendre conscience de tout cela et encore plus. Comme quoi, tout arrive (souvent) pour une raison. Fou hein? Vivement notre voyage qui arrive très vite afin de se retrouver ensemble tous les quatre.

Vivement le retour de mon coéquipier préféré. 

Et longue vie à notre équipe de feu.

Article par Jaime Damak

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter
Suivez-moi sur Instagram