Passion équitation

Je vous ai déjà parlé de ma fille…ma 8 ans (presque 9). Je vous ai dit qu’elle est intense…qu’elle déplace de l’air (beaucoup) et qu’à la regarder je m’épuise. Elle fait tout avec énergie et avec passion, même s’opposer. Elle mord dans la vie comme personne! Comme elle vit sa vie avec la « pédale collée au fond », lorsqu’elle se passionne pour quelque chose, elle s’y passionne « la pédale collée au fond » également.

 

Depuis plus d’un an, sa passion c’est les chevaux. Tout ce qui entoure cette magnifique bête l’intrigue. Elle veut tout savoir, tout voir et tout faire. Elle regarde une quantité industrielle d’émissions (informatives et ludiques) à propos de son animal favori. Elle lit toutes les informations qui lui tombent sous la main (et venant de ma tornade, lire autant ça relève presque du miracle).

 

L’hiver dernier, elle s’est mis en tête qu’elle voulait monter à cheval! Allez maman, paie-moi des cours d’équitation, qu’elle me disait. Je promets que je vais bien écouter et faire ce qu’on me dit, qu’elle répétait…chaque jour! J’ai attendu et cherché des écuries près de chez-moi. J’ai négocié avec ma choupinette pour qu’elle patiente (jusqu’à ce qu’il arrête de faire « frette »). Et puis le printemps (et les inondations) est arrivé. Une amie à moi a fait une campagne de financement pour aider les sinistrés. Surprise, il y avait une leçon d’équitation « à vendre » dans le lot d’items aux enchères. Devinez qui l’a remporté!

 

L’écurie où ma fille a fait ses « premiers pas » équestres est menée par des personnes passionnées par les chevaux. Parfait pour ma poulette! De plus, le centre est spécialisé en équitation thérapeutique. Génial que je me suis dit…en plus d’apprendre à monter et prendre soin d’un cheval, ma fille pourrait « bénéficier » du côté thérapeutique de la chose. J’ai pu voir ce que cette « thérapie » peut apporter à un enfant lorsque ma nièce en faisait. C’était merveilleux!

 

Au jour J, on se présente à l’écurie…ma fille est un peu timide, mais rapidement, elle se « dégèle » et suis les instructions qu’elle reçoit. Elle brosse le cheval, le flatte, lui parle et semble déjà plus calme. Je pleurerais de joie si je n’étais pas en public! Vient ensuite le moment de finalement monter « son » cheval. C’est là que j’ai failli tomber à la renverse! Ma fille qui n’a JAMAIS monté sait comment faire! L’instructeur n’a pratiquement pas besoin de lui expliquer la technique, elle s’est déjà hissée sur la scelle et attend les prochaines consignes.

 

Pendant plus de 30 minutes, je l’ai regardée apprendre à « commander » son cheval, à tenir la bride et à diriger son nouvel ami. Je suis émerveillée de voir de quoi elle est capable et tout ce qu’elle a appris à travers ses lectures et émissions télévisuelles.

Lorsque la leçon est terminée, l’instructeur fait un retour sur le cours de ma poulette et me dit carrément que ma fille est une « cavalière naturelle ». C’est à ce moment que j’ai compris que je ferais tout en mon pouvoir pour lui offrir des cours réguliers. En quittant l’écurie avec un dernier regard plein d’amour vers le cheval qu’elle venait de monter, ma puce me dit « J’te l’avais dit maman que j’allais écouter! ». Pour le reste de la fin de semaine, elle n’a eu que ça comme sujet de conversation…mais elle était également plus calme et posée qu’à la normale…

cours-équitation-thérapeutique-enfant-calme-chevaux-centre-équestre-loisir-passion

Elle est maintenant sur la liste d’attente pour des leçons régulières et j’ai très hâte de la regarder s’épanouir dans cette passion.

 

Texte et photos par Stéphanie Powers

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur
Instagram