Les 12 phrases qu'une mère à la maison n’est plus capable d’entendre

En mettant le pied dans le merveilleux monde de la maternité, on se rend rapidement compte que juger les choix de vie des autres est un passage obligé. Peu importe notre façon de vivre et d’éduquer nos enfants, il y aura toujours quelqu’un autour de nous pour venir mettre son nez dans nos affaires et nous faire douter de nos compétences parentales. Avec les années on apprend heureusement à prendre le tout avec un grain de sel. 

Dans la vie, j’ai choisi d’être maman à la maison. Au départ je ne le savais pas, mais c’était comme ajouter un petit « challenge » de plus pour les mémères de ce monde… On va se le dire, après plus de 7 ans à entendre les mêmes phrases, j’ai tendance à devenir un brin ironique, voir même cynique lorsque l’on m’aborde ainsi…

Voici donc mon best of des phrases qu’une mère au foyer n’est plus capable d’entendre!

mère au foyer-maman à la maison-phrases que maman est tannée d'entendre-questions-jugements-vivre et laisser-vivre-maman-mère-Je suis une maman

1. Tu es chanceuse de pouvoir te le permettre!

Oui et non. Je ne veux pas partir de débat ici, mais je considère qu’il s’agit d’un choix et non pas d’une chance. J’ai fait le choix d’être maman à la maison tout comme j’ai fait le choix d’avoir une petite maison, de ne pas voyager, d’avoir un budget serré et de ne pas magasiner.

2. Tu es bonne de rester à la maison, moi je ne serais pas capable.

Cette phrase peut être perçue de différentes façons selon le porteur de ce message. Très honnêtement, plus souvent qu’autrement, cela relève de la condescendance plus que du compliment. 

3. J’ai étudié beaucoup trop longtemps pour perdre toute ma valeur en restant à la maison.

Je ne sais jamais comment réagir lorsque l’on me dit ça… J’ai plusieurs diplômes en poche… Là n’est pas la question.

4. Ça ne te dérange pas de te faire vivre par ton chum? 

Je n’ai pas l’impression de me faire vivre par mon chum. C’est une décision que nous avons prise à deux. Nous sommes une équipe.

5. Ah, tu étais une éducatrice en garderie avant? 

Euh non… Même pas proche… Mais je pense que j’ai pas pire de talent pour m’occuper de mes enfants. 

6. Quand vas-tu retourner travailler? 

Très honnêtement, je ne le sais pas. On verra de quelle façon nous choisirons de gérer notre quotidien une année à la fois. Pour l’instant, disons simplement que c’est tout à fait indéterminé.

7. Tes enfants auront du mal à se faire des amis… C’est bon pour la sociabilisation la garderie!

Tout d’abord, merci de vous en faire pour les qualités sociales de mes enfants. Mais, pensez-vous sérieusement que nous passons toutes nos journées en tête à tête à ne voir personne? Je vous rassure, ma marmaille n’a aucun problème à se faire des amis. 

8. Es-tu certaine de leur donner tous les outils nécessaires pour leur entrée à la maternelle?

Wow, merci pour la confiance. Rien à ajouter. 

9. Ils n’auront pas un gros système immunitaire… 

Là-dessus, je ne peux pas vous contredire. Mais à mon avis, rares sont les jeunes enfants qui ont un gros système immunitaire, garderie ou pas.  

10. Tes enfants seront toujours cachés dans tes jupes… Il n’est pas près d’être coupé ce cordon-là!

Peut-être que oui, peut-être que non. Si c’est le pire qui peut arriver, je trouve que ce n’est vraiment pas un si gros problème!  

11. Que faites-vous à la journée longue? Vous devez vous ennuyer? (Comprendre ici : Qu’est-ce que tu peux bien leur faire faire? Ils doivent être sous-stimulés et passer beaucoup trop de temps devant la télé!) 

Je vous en prie, venez passer une journée avec nous pour nous observer! Vous serez vite rassurés! 

12. … Ah ça c’est parce qu’il ne va pas à la garderie!

Vous pouvez ajouter cette phrase après à peu près n’importe quoi qui ne fera pas l’affaire de votre tante/belle-mère/amie/voisine.

Je croyais avoir terminé ma liste, mais une petite dernière pouvait difficilement passer sous silence… Je ne lui mets même pas de numéro à celle-là parce que c’est presque un classique quotidien… Je vous l’offre en bonus :

… Oui mais… toi, tu as le temps, tu ne travailles pas!

Je sais très bien que peu importe nos choix de vie, nos plans de carrières, nos réalités familiales, nous avons toutes un best of de phrases que nous ne pouvons plus entendre. L’idée n’est absolument pas de créer un fossé entre les différentes mamans, mais bien de souligner qu’il serait tellement plus agréable de se jaser sans se juger. Nos épaules seraient assurément plus légères et nos dents moins serrées. 

Et question d’évacuer votre trop-plein, je vous propose de nous écrire en commentaire LA phrase que vous ne voulez plus entendre. Peu importe votre réalité de maman! Je vous ai partagé la mienne, à vous de jouer maintenant!     

Article rédigé par Véronique Désormeaux

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Instagram