8 conseils pour la période des devoirs

Dans certaines maisons, la période des devoirs se passe sans anicroche alors que pour d’autres, c’est une véritable corvée ! Imaginez quand s’en mêlent la fatigue, les difficultés scolaires et le manque de temps…

Chez moi, faire les devoirs est souvent un jeu. Voici donc mes propositions pour faciliter la période des devoirs. 

1. Répartir les devoirs et leçons : quand ma fille reçoit son plan de travail, elle numérote les tâches et les place chaque jour de la semaine selon son désir de les faire.  Certaines tâches comme les mots de vocabulaire seront placés à plusieurs reprises. Diviser les leçons et devoirs lui permet de savoir ce qui sera fait tous les soirs, de ne pas percevoir la tâche comme immense et de respecter ses goûts.  Un texte comporte plusieurs pages, morcelez-le.  Cette technique est une excellente façon d’avancer et de se rendre jusqu’à la fin sans trop se tanner. 

 Crédit photo : Marie-Eve Ross

Crédit photo : Marie-Eve Ross

2. Choisissez des endroits différents : plusieurs experts vous diront de trouver un endroit calme et approprié pour faire les devoirs.  Parfois, pour faire changement, il est bien de varier les places où l’on fait les devoirs.  On peut choisir de réviser les mots de vocabulaire dans le salon, de faire la lecture étendue sur le lit ou d’apprendre ses tables de multiplication dans le bain. 

 Crédit photo : Marie-Eve Ross

Crédit photo : Marie-Eve Ross

3. Varier les façons de réviser les leçons : il peut être redondant et plate de toujours apprendre les mots de la dictée de la même façon ou d’apprendre les tables d’addition en les récitant.  Utilisez la technologie pour pratiquer. À la maison, on utilise l’application nommée A+ Spelling test. Aussi, on a des crayons pour écrire dans les fenêtres, c’est idéal pour, entre autres, l’apprentissage des nombres.  Inversez les rôles, jouez à l’élève, ma fille adore me donner une dictée de nombres et les corriger.  Elle a l’impression d’être l’experte! Inventez une comptine pour les règles de grammaire, etc.

 Crédit photo : Marie-Eve Ross

Crédit photo : Marie-Eve Ross

4. Prévoir une boîte de matériel : ça complexifie le temps des devoirs quand il manque des trucs pour les faire.  Pour éviter de faire face à ce problème, ayez tout le nécessaire à portée de main : crayons, efface, règle, dictionnaire et compagnie.

 Crédit photo : Marie-Eve Ross

Crédit photo : Marie-Eve Ross

5. Mâcher de la gomme : eh oui, mâcher de la gomme aide à la concentration.  De nouvelles études ont récemment démontré son efficacité.  Si votre enfant doit accomplir une tâche difficile ou qui demande de la concentration, faites-lui mâcher de la gomme au début pour environ 15 minutes.  Après ce délai, l’effet diminue un peu.  Voici des ressources expliquant cette découverte : 

La Presse
Radio-Canada

6. Calculer le temps : il y a deux façons d’utiliser cette méthode. La première consiste à se donner un temps précis pour l’exécution d’une tâche.  Ensuite, on arrête et on reprend le lendemain ou plus tard dans la soirée.  Ça évite la surcharge cognitive et « l’écoeurantite » aigüe ;) Aussi, on peut donner des défis à notre enfant.  Par exemple, on minute le temps qu’il prend pour calculer ses additions et le lendemain, on se fixe l’objectif d’aller plus rapidement. Pour nos enfants compétitifs, cette méthode est très efficace!

7. Le mentorat : utilisez votre réseau de contacts pour vous aider pendant la période des devoirs.  Votre fille adore une jeune adolescente qui habite dans votre rue ? Demandez-lui de venir faire un tour 1 à 2 fois par semaine pour accompagner votre fille durant ses devoirs.  Même chose pour votre frère qui a la bosse des mathématiques et qui pourra bien conseiller votre fils quand viendra le temps de résoudre des problèmes.  Utilisez Skype ou Facetime s’il habite à l’extérieur, ça ajoutera une touche exotique! Ma fille « facetime » souvent ma mère pour lui lire un livre ou une amie bonne en piano pour lui réciter sa dernière pièce. 

8. Mur évolutif : j’en ai déjà parlé dans une chronique précédente, mais chez nous, ça fonctionne bien ! Dans la cuisine, nous avons un coin de mur où l’on écrit des mots-étiquettes, des tables d’addition, des mots en anglais… Ce mur est en constante évolution selon les saisons et les semaines. Pour une meilleure performance de cet outil, il faut que le mur soit à la vue de l’enfant régulièrement et qu’il soit capable d’y avoir accès facilement. 

 Crédit photo : Marie-Eve Ross

Crédit photo : Marie-Eve Ross

Ce qu’il faut retenir de tous ces conseils, c’est que plus ou moins 180 jours de devoirs demandent une certaine gymnastique des parents pour garder la motivation des enfants.  Il est donc normal d’avoir à varier les méthodes et savoir s’adapter aux situations difficiles. Vous, quels sont vos moyens pour diversifier la période des devoirs ?

Article rédigé par Marie-Eve Ross
Enseignante en adaptation scolaire
@linstitutrice