Dyslexie / dyscalculie / dysorthographie

Pour commencer, un peu de cours de grec ancien :  le préfixe « dys » signifie « trouble ».

Ainsi, la dyslexie est un trouble spécifique de la lecture, la dyscalculie concerne les maths / le calcul, et la dysorthographie se rapporte à l’écriture.  Et ces troubles, qui ne sont PAS des handicaps, peuvent toutefois réellement handicaper les personnes qui en sont atteintes!

 Crédit photo : Annie Goudreau

Crédit photo : Annie Goudreau

Dyslexie

La grande majorité des gens croient que la dyslexie, c’est seulement d’inverser des lettres quand on lit et qu’on écrit…  Sur le site de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ), nous pouvons lire que « la dyslexie est un trouble spécifique de l’apprentissage de la lecture qui affecte la capacité à identifier les mots à l’écrit ».

Bref, la dyslexie, c’est une difficulté de décodage des lettres en sons (o, au, eau, au, oh, etc.), une difficulté à reconnaître des mots connus, à mémoriser des mots connus, une lenteur à la lecture (à cause des problèmes de décodage, entre autres) qui fait en sorte que l’on perd le sens du texte, notre cerveau étant trop occupé à décrypter les sons au lieu d’essayer de comprendre leur sens.

Chez l’enfant, la dyslexie ne peut véritablement être déterminée qu’à partir de la 3e année du primaire, puisque avant ça, l’apprentissage n’est pas encore complété. Toutefois, si les difficultés persistent après ce moment, il y a lieu de se questionner! Lorsqu’un diagnostic est émis par un orthophoniste (suite à de nombreux tests et évaluations), des stratégies peuvent alors être mises en place, à commencer par une rééducation à la lecture afin de solidifier les bases (le décodage de phonèmes simples), et même aller jusqu’à l’utilisation d’aide technologique pour la lecture (ordinateur, système de reconnaissance vocale, etc). Pour un enfant qui a déjà d’autres problématiques (TDAH, autre dys-, TED, etc.), le diagnostic de dyslexie peut venir plus tard, puisque beaucoup de facteurs peuvent influencer les apprentissages de la lecture.

Dyscalculie / dysorthographie

Généralement, on retrouve ces deux problématiques ensemble, rarement seule (toujours en « extra » à un autre trouble d’apprentissage en fait!). 

À l’inverse de la dyslexie, la dysorthographie s’observe par une difficulté à trouver les lettres pour écrire les mots.  L’enfant (ou l’adulte!) n’a aucun problème de lecture, mais il n’arrive pas à trouver les bonnes lettres pour former les mots.  Il peut aussi « sauter » des mots en écrivant une phrase, ou omettre des lettres / modifier l’orthographe d’un mot qu’il connaît pourtant très bien (un manteau, un menteau, un mantau, un mateau).  Finalement, on peut observer des difficultés à structurer les phrases, à écrire des textes, des paragraphes…  Dans ces cas-là, un logiciel prédicteur de mot (wordQ, lexibar) peut être utile, de même qu’un correcteur (Antidote).

 Crédit photo : Annie Goudreau

Crédit photo : Annie Goudreau

La dyscalculie quant à elle touche les concepts mathématiques : compréhension des problèmes, résolution des problèmes, identification des problèmes…  difficulté à mémoriser les tables ou les concepts simples (1+2 = 3, 2+1 = je-sais-pas-maman).  Il peut être utile de permettre l’utilisation d’une calculatrice dans certains cas, d’un boulier, d’accessoires pour aider le dénombrement, les options varient d’une personne à l’autre!

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les sites suivants :

FCPQ http://www.fcpq.qc.ca/blog/les-dys-ou-troubles-specifiques-quelques-definitions-pour-mieux-comprendre

Institut des Troubles d’Apprentissage http://institutta.com/troubles-apprentissage/t-a-diff-associes/quest-ce-que-la-dyslexie/

http://institutta.com/troubles-apprentissage/t-a-diff-associes/quest-ce-que-la-dysorthographie/

http://institutta.com/troubles-apprentissage/t-a-diff-associes/quest-ce-que-la-dyscalculie/

Article rédigé par Annie Goudreau
Son blogue : Morceaux-arc-en-ciel