Enfants différents, maman épuisée

Témoignage-maman-enfants différents-maman épuisée-jugement des autres-Je suis une maman

J'ai toujours rêvé de la relation que je voulais avec mes enfants. Je rêvais de quelque chose de zen, de calme! Ouf que ce n'est pas le cas! C'est plutôt un chaos organisé. Oui, tous les enfants sont turbulents, tous les enfants ont de l’énergie, ça je le sais, ne vous inquiétez pas.

Comme beaucoup l'ont sûrement remarqué, je suis la maman de 3 terreurs différentes. Trois enfants plein d’énergie et plein d’amour, qui ne rentrent pas, mais vraiment pas du tout dans les moules de la société actuelle. Si je vous faisais la liste des diagnostics et que vous n’êtes pas spécialistes ou parents d’enfants différents, vous auriez l’impression d’être face à une forme de code alpha qui ne veut rien dire. Et pourtant mes enfants ont l'air juste normaux. 

Même en étant maman à la maison, moi aussi mes batteries sont à plat. Du début de ma première grossesse jusqu’à ce que mon deuxième ait 3 ans et demi, je n'ai fait que des nuits de 3 à 6 heures en blocs séparés. Alors quand la grossesse de ma fille s'est annoncée à 10 semaines de grossesse (parce que j’avais eu un 2 mois tellement occupé que j’avais juste oublié le TEMPS) , je me suis assise dans la salle bain et j’ai pleuré tellement j’étais épuisée. Mais ça ne nous a pas arrêtés. Cette petite princesse avait choisi CE moment pour se placer dans ma bedaine, elle allait y rester. 

Quand les diagnostics sont venus, j’ai beaucoup lu sur plusieurs sujets. Je devais m’adapter en tout point. Au lieu de juste jouer à la voiture je devais en faire un jeu de langage. Au lieu de faire mon mélange à muffins, je demandais à un des garçons de m’aider, et encore transformer une tâche du quotidien en jeu pour l'aider à acquérir le langage qui y était rattaché. Tout doit être toujours en adaptation. Même les menus sont toujours à changer.

J’aurais espéré ne pas repasser par tout ce schéma, mais je dois encore jouer à amplifier les gestes de la vie pour ma fille.

Souvent, on entend des phrases comme : vous êtes courageux! Non, ce n'est pas du courage… c’est de l'amour. Le courage dont nous avons besoin quand nos enfants sont différents, c’est d’affronter les jugements des autres, les commentaires du type « dans mon temps ça n'existait pas l'autisme ou le TDAH, c’est juste une mode ». Je vais vous en passer un papier que si je pouvais ne pas avoir ces diagnostics ni ces restrictions, je serais tellement moins stressée que d’être à la mode. Et puis, dans votre temps les enfants TSA, du même type que le mien, passaient comme étant ceux qui ne voulaient juste pas apprendre et ils l’envoyaient aux champs travailler. Parce que dans le cas de mon Xavier, il passe juste à côté de la « normalité ». 

Si jamais vous voyez un parent épuisé avec un enfant en crise, demandez au parent si ça va ou s’il a besoin d’aide, poser des questions sans jugement. Parce qu’une des choses les plus épuisantes est : le jugement.

Article rédigé par Valérie Éthier

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur
 Instagram