Mon premier vrai traitement au laser

Il y a une dizaine d’années, j’avais décidé de faire épiler mes aisselles au laser, car j’en avais ras le bol du rasoir. En fait, j’ai des poils très foncés qui poussent rapidement et j’avais toujours l’impression de ne pas être rasée, même si je venais de me raser. Je l’avoue, ça m’énervait.

Or, j’ai entrepris des traitements au laser et mon corps répondait très bien. Tellement, qu’en seulement trois traitements, j’avais quasiment plus de poils sous les bras. Est-ce que ça m’avait fait mal ? Un peu. Mais ce n’était pas si pire que ça et il faut dire que la région couverte par les aisselles n’est pas grande – en 5-7 minutes, le traitement était terminé.

Aujourd’hui, j’ai possiblement 5-6 poils par aisselle que j’enlève avec une pince aux 2-3 mois. Bonheur total.

Il y a deux ans, Epiderma m’a contactée pour connaître mon intérêt à tester leur épilation au laser, mais cette fois-ci, pour une plus grande région. Vu que j’ai une (mauvaise) fixation sur mes jambes, j’ai choisi un traitement demi-jambes. Oui, vous avez bien lu. J’ai une obsession avec les poils incarnés (bonjour le trop-plein d’informations) et quand j’en vois un, je fais tout pour l’enlever. Résultat ? J’avais les jambes TRÈS maganées et mon esthéticienne ne savait plus quoi faire ni quoi dire pour m’arrêter. Avec le recul, j’avais des jambes laides. Pleines de marques, car je jouais trop souvent à Madame l’esthéticienne. Hahahaha

Photo prise AVANT le début des traitements

Photo prise AVANT le début des traitements

Donc, le traitement laser d’Epiderma tombait à point.

Mon premier traitement fut très difficile. J’ai pleuré. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre et j’étais mal préparée. Mea culpa. En parlant avec l’équipe (fantastique) chez Épiderma, j’ai changé la façon dont se passeraient mes traitements.

"En parlant avec l’équipe (fantastique) chez Épiderma, j’ai changé la façon dont se passeraient mes traitements."

"En parlant avec l’équipe (fantastique) chez Épiderma, j’ai changé la façon dont se passeraient mes traitements."

  • J’ai opté pour des rendez-vous au Centre-Ville de Montréal où ils ont la Cadillac des machines. Un traitement demi-jambes dure une trentaine de minutes max, car l’embout de la machine couvre une grande surface.
  • Avant mes rendez-vous, je prenais deux Advils.
  • Avant mes rendez-vous, j’appliquais une crème de type Emla.

Outre le rendez-vous #3 qui fut un peu plus sensible (paraît que c’est normal vu le cycle de nos poils), ça s’est très bien déroulé pour la suite. Outre quelques pincements ici et là, je pouvais facilement passer à travers mes traitements. Sans pleurer. Sans dire de mauvais mots. En jasant et riant avec l’esthéticienne.

J’ai vraiment eu un moment de doute après mon premier rendez-vous. Toutefois, je suis si contente d’avoir parlé avec les experts et fait un bon plan de match. Il me reste un traitement et ça fait plus de 8 mois que je ne me suis pas rasé les jambes. Bonus ? Ça fait plus d’un an que je n’ai pas touché à mes jambes pour enlever un poil incarné et elles commencent à reprendre vie et forme. AMEN.

Photo RÉCENTE - il ne reste qu'un traitement.

Photo RÉCENTE - il ne reste qu'un traitement.

Oui, c’est un investissement de temps et argent, mais si vous êtes tannés du rasoir ou des traitements à l’esthéticienne, un traitement au laser pourrait s’avérer une alternative très intéressante. Puis faites aussi le calcul, car à la longue, on sauve des sous, surtout qu’il y a souvent des promotions intéressantes.

Finalement, prenez le temps de jaser avec une experte pour bien préparer les rendez-vous. C’est un must et selon moi, c’est aussi la clé du succès.

Décharge : Ce texte est présenté par Épiderma. Les opinions émises sont 100 % les miennes.

Article rédigé par Jaime Damak

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter
Suivez-moi sur Instagram