Trouver son nouveau bien-être

Il y a quelques jours, je vous parlais de la rentrée et du fait que parfois dans la vie, tout est une question de perspective. Des fois, en regardant une situation d’un nouvel angle, on voit les choses différemment et on peut mieux gérer le tout.

Depuis quelque temps, je ne cherche plus l’équilibre dans ma vie, car j’ai constaté que c’était impossible de l’atteindre. Je n’ai pas une vie où tout roule sur le même horaire. Mon chapeau de travailleuse autonome fait en sorte que chaque semaine est différente. Il y en a où je suis plus à la maison dans ma petite bulle. Il y en a d’autres où je suis à la maison, mais je dois sortir ici et là pour des rencontres ou des personnes viennent à la maison pour m’aider avec des projets et il m’arrive de partir à l’extérieur pour une ou plusieurs journées. Bref, ce n’est jamais pareil. Essayer de trouver un équilibre dans ce rythme de vie était tout simplement impossible et j’étais souvent triste de ne pas pouvoir y arriver.

trouver son nouveau bien-être

Changer ma façon de penser (et donc ma perspective) m’a fait voir que ce n’est pas l’équilibre que je cherchais, mais plutôt un sentiment de bien-être.

La rentrée, la fin de l’été et des circonstances dans ma vie professionnelle sont venues chambouler mon état.

Ça fait plusieurs semaines que je me sens déstabilisée.

En écrivant mon texte sur la perspective, j’ai réalisé que je dois trouver un nouveau niveau de bien-être. Trop de choses ont changé.

Je dois vous avouer que ce n’est pas facile.

Je me sens fragile. Émotive. Délicate.

En même temps, je ressens une immense dose de gratitude.

Étrange, je le sais. Mais c’est vrai.

Le fait que je suis en mesure de m’en rendre compte m’apaise, car je réalise que j’apprends de plus en plus sur moi. Je m’écoute. Je grandis. Je persévère. Mon corps et ma tête ont comme besoin d’un petit tune-up. C’est le temps d’entrer la voiture au garage pour une mise au point. HAHAHAH Bon. Je pourrais continuer avec des niaiseries du genre, mais je crois que vous comprenez ce que je veux dire, alors je vais vous épargner. 

De reconnaître que tout ne roule pas exactement comme on le souhaiterait, qu’en dedans on n’est pas à 100 %, c’est un énorme pas dans la bonne direction.

Puis ça, bien, ça me remplit d’espoir.

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter
Suivez-moi sur Instagram