Le plan d’intervention - Flexibilité pédagogique, adaptation ou modification?

CE TEXTE EST LE TROISIÈME et dernier D’UNE SÉRIE QUI DEVRAIT RÉPONDRE À TOUTES VOS QUESTIONS AU SUJET DU PLAN D’INTERVENTION, QUE VOTRE ENFANT EN AIT UN OU NON. SI VOUS EN AVEZ D’AUTRES, N’HÉSITEZ PAS À LES LAISSER EN COMMENTAIRES! POUR LIRE LE PREMIER, SUIVEZ CE LIEN et pour lire le DEUXIÈME, c’est ICI!

plan d'intervention-école-aide-ressource-questions-je suis une maman

On a regroupé notre « troupeau » pour l’élaboration du plan d’intervention de Junior, on a déterminé les défis et les besoins, maintenant, on doit trouver les moyens.  Êtes-vous capable de faire la différence entre une flexibilité pédagogique, une adaptation et une modification?

Flexibilité pédagogique

Le mot le dit, on est flexible.  Un peu plus « lousse ». On est ouvert d’esprit.

Un professeur qui applique la flexibilité pédagogique va varier ses façons d’enseigner (magistral, modelage, enseignement explicite…).  Il donnera des options différentes aux enfants pour la lecture de la semaine tout en conservant un même niveau de complexité, etc.

Dans un plan d’intervention, ce genre de moyen se reconnaîtra par son caractère universel – il peut s’appliquer à tous les enfants, en tout temps, sans que cela n’affecte les façons d’évaluer le résultat final.

Des exemples?

  • Donner une consigne à la fois, soutenir avec un support visuel;

  • Permettre la lecture par l’enseignant ou par un pair des textes et consignes dans toutes les situations où la compétence à lire n’est pas évaluée;

  • Offrir le choix entre l’écriture script ou cursive;

  • Permettre à Junior de travailler près d’un pair qui servira de modèle ou de guide en cours d’apprentissage;

  • Demander à un pair d’aider Junior à compléter son sac d’école en fin de journée pour s’assurer qu’il a tout ce dont il a besoin pour faire devoirs et leçons à la maison;

Adaptation

Lorsqu’on est rendu à parler d’adaptation, c’est qu’il faut mettre en place un moyen particulier pour un élève particulier en fonction d’une situation particulière.  Ce moyen est personnel et spécifique et ne sera pas utilisable par l’ensemble des élèves de la classe.

Une adaptation toutefois ne modifiera pas les critères d’évaluations ou la façon d’évaluer l’enfant et celui-ci fera les mêmes apprentissages que l’ensemble des élèves de son niveau.

Une adaptation peut aussi être applicable pour une seule matière seulement, ou pour l’ensemble des matières – le meilleur exemple étant l’utilisation de l’ordinateur!  Si notre enfant a des difficultés marquées avec la rédaction de texte et qu’il a été décidé que l’ordinateur pourrait l’aider à réaliser les mêmes apprentissages que les autres et à en faire la démonstration, l’équipe pourrait décider que la rédaction de texte ne s’applique qu’au français et donc permettre l’utilisation de l’ordinateur lors des projets de rédaction écrite en français seulement, mais pas en histoire ou en science.  Si les difficultés de notre enfant sont liées à sa compréhension de lecture et que l’ordinateur (et un logiciel X d’aide à la lecture) permet à l’enfant de lire et de comprendre ce qu’il lit, il pourrait être important de s’assurer que l’ordinateur est permis dans toutes les situations de lecture (i.e. dans toutes les matières!). 

D’autres exemples d’adaptation?

  • Fournir à Junior des lectures plus courtes, mais de même niveau de complexité;

  • Diminuer les nombres de mots ou de verbes à l’étude (en ciblant exclusivement les mots qui seront dans le contrôle à la fin de la semaine, par exemple)

  • Permettre à Junior de répondre aux questions à l’oral plutôt qu’à l’écrit (sauf pour une évaluation sur l’écriture);

  • Permettre à Junior de prendre des pauses entre les différents travaux;

  • Fournir à Junior un espace de travail isolé ou des coquilles lors des évaluations;

  • Convenir d’un signe visuel pour ramener Junior à la tâche;

Modification

Une modification, c’est quand Junior n’arrive pas à faire les mêmes apprentissages que les autres au même rythme.  Il faut alors revoir les apprentissages et les attentes que nous avons envers lui et déterminer des critères d’évaluation spécifique pour lui.

En clair, « La modification est mise en place de manière exceptionnelle pour permettre une progression différente de celle prévue pour l’ensemble des élèves québécois » (voir le tableau 1 à la page 11 juste ICI

Lorsqu’on est rendu à parler de ce genre de mesure, il faut savoir que notre enfant change dorénavant de statut – il « sort » du réseau scolaire régulier et ne pourra pas obtenir son diplôme d’étude secondaire de façon traditionnelle comme les autres.  C’est donc une mesure à prendre très au sérieux, une mesure de dernier recours.

Toutefois, ce genre de mesure peut, dans certains cas, faire en sorte que l’enfant vive des réussites et chemine à son rythme tout en apprenant.  On voit ce genre de mesure plus souvent chez les enfants qui ont des retards de développement, des handicaps mentaux, des troubles d’apprentissage très sévère.  Un enfant peut être en modification pour une seule matière, ou pour l’ensemble de ses apprentissages.  Toutefois, même si Junior est en modification pour une seule toute petite matière, son statut demeure le même :  il est « sorti » du système régulier.

On en a jasé en long et en large avec l’École, on pense avoir bien tout compris, mais on n’est pas encore tout à fait sûr où exactement notre enfant est en modification?  Il faut regarder le bulletin, où une note distinctive apparaîtra.  Par exemple, dans le bulletin de mon Roux (en classe adaptée depuis... toujours!) sous la note en français, on peut lire la phrase suivante : « Les résultats en « lire » et en « écrire » qui apparaissent sont en fonction des objectifs et des adaptations fixés pour votre enfant dans son plan d’intervention.  Toutefois, ce qui est demandé est en dessous des exigences fixées pour les élèves de son âge.  Le résultat disciplinaire de votre enfant ne peut donc être comparé à la moyenne du groupe noté au bulletin pour cette matière ».  Le même genre de phrase est aussi inscrit sous la note en mathématique, mais pas sous la note en anglais, en science ou en art!  C’est donc dire que mon Roux est en modification en français et en math, mais pas ailleurs.

Des exemples de modification?

  • Supprimer une ou des étapes dans un travail X à accomplir ou enlever des questions jugées non accessibles à l’élève;

  • Surligner ou mettre en évidence les informations importantes dans un texte à lire (cibler le paragraphe ou la phrase où se trouve l’information cherchée!);

  • Rectifier la solution ou certaines parties de la solution (en mathématique, par exemple) pour permettre à l’élève de trouver la bonne réponse finale;

  • Offrir des choix de réponses face à des questions de compréhension (alors qu’il n’y a pas de choix de réponse à l’origine);

  • Aide à la correction de la version provisoire d’un texte écrit par l’élève avant que la version finale ne soit soumise;

Finalement, qu’il y ait de la flexibilité pédagogie, des adaptations ou des modifications, l’objectif est le même :  faire vivre des réussites à notre enfant.  On doit simplement s’assurer d’utiliser le bon moyen en fonction des difficultés réelles de Junior, sans que ce moyen ne vienne faire « toute la job » pour lui! 

Il y a plusieurs sites internet qui peuvent vous aider à y voir plus clair, qui peuvent vous donner des idées, des arguments, des pistes…  Consultez les!

Une mine de petits trésors 

Plein d’info ici et ici

Article rédigé par Annie Goudreau

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Instagram