Ah la vie de camping !

Nous sommes entourés de gens pressés, stressés, préoccupés. Entre la vie professionnelle, personnelle et familiale, il est difficile de s’arrêter pour relaxer. On prévoit de longues vacances, dans l’été afin de se reposer. On est finalement confrontés à un retard à l’aéroport, une erreur dans la réservation des sièges dans l’avion, un dépassement de coût imprévu, une tourista-ou-tout-autre-virus-amaigrissant….! Difficile de vraiment se poser et prendre le temps de recharger les batteries.

Si vous saviez comme j’ai de l’admiration pour Jaime et sa famille qui voyagent sans retenue dans tous les pays du monde. Je suis plutôt du type « bien chez soi ». Partir loin, avec une infime partie de mes effets personnels, dans un pays où l’on ne parle pas ma langue maternelle…. Suffisamment de facteurs pour me démoraliser. Je dois donc me rendre à l’évidence : Les vacances et les voyages à l’étranger... le moins possible. Il va sans dire que mon cerveau, bien que mon cœur n’aime pas voyager, se cherche désespérément un moyen de s’évader. Et c’est là qu’arrive dans ma vie… le camping.

Tout ceux et celles qui sont familiers avec le camping saisonnier vont tout de suite s’approprier mes dires…

camping-québec-plaisir-roulotte-camper-été-vacances-feu-de-camps-belles-rencontres

Sur un terrain de camping, les gens sont différents. Heureux, libres, souriants (surtout avec un petit digestif dans le nez!). Chaque soir, tous et chacun lancent l’invitation pour un feu, un souper ou une jasette sous le gazebo. Tantôt chez l’un tantôt chez l’autre. On se couche le cœur léger prêt à recommencer dès le lendemain avec du bacon grillé sur le barbecue et un bon café.

Je peux passer 30 minutes dans une épicerie sans jamais avoir de contact avec personne. Au camping, durant les quelques centaines de mètres que je dois parcourir, en roulant moins de 10km/h pour me rendre à la roulotte, je reçois les chaleureuses salutations de TOUS les vacanciers que je croise.

À vous tous, gens qui possèdent une roulotte sur l’un des magnifiques campings du Québec, je vous supplie de ne jamais changer. Gardez toujours cette légèreté qui me permet de me sentir en vacances dès le moment où la grande barrière s’ouvre. Conservez cette convivialité et cette ouverture qui nous procure à nous les « nouveaux » un sentiment de sécurité et de bonheur disproportionnel.

 

Texte rédigé par Sabrina D Garon

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Instagram