Trucs d’une maman mono pour les moments solo avec marmots

Depuis plus de quatre ans, je suis parent solo ou maman mono. Si les premiers mois, je sentais la solitude me peser lourdement et que je cherchais à recréer l’idée de la famille rapidement, maintenant, je ne changerais rien de ma vie. J’ai appris à composer avec les situations et nous nous accordons maintenant tellement que notre trio est à l’unisson.

Loin de moi l’idée de vous vendre le concept de la monoparentalité. Cependant, la vie fait qu’il vous arrive parfois de vous trouver dans cette situation pour quelques jours comme lorsque votre conjoint part en voyage d’affaire ou pour une semaine de chasse ou de pêche avec les copains.

Une femme m’a déjà confié que ce qu’elle trouvait le plus difficile, quand son conjoint était absent et que les enfants étaient petits, c’était le souper du soir. Quand deux adultes sont assis autour d’une table, ils peuvent avoir des conversations plus sérieuses. Ils peuvent aussi soutenir l’autorité de l’autre.

Quand on est seule avec les enfants, ça peut dégénérer assez vite, on peut perdre patience souvent et c’est dans le domaine du possible que l’on se retrouve seule à table après trois minutes.

Le premier truc que je veux partager avec vous est de ne pas profiter de l’absence de votre conjoint pour mijoter un bon repas durant toute la journée. C’est frustrant d’y mettre tant d’effort pour qu’il se fasse engloutir ou repousser.

De plus, éviter d’introduire de nouveaux aliments dont vous n’êtes vraiment pas certaine du résultat. J’ai déjà acheté pour 20$ de grosse pétoncles… j’aurais mieux fait d’acheter un billet de Loto.

Cependant, c’est le moment de toutes les fantaisies comme le pique-nique dans le salon ou dans la maisonnette de l’enfant, les présentations amusantes dans les assiettes, le « spécial à nous »qu’on fait chaque fois que papa n’est pas là.

Quand il n’y a qu’un parent pour tout préparer, l’enfant est souvent très heureux de contribuer aux tâches. En fonction de l’âge, le plus petit peut mettre les napperons et les serviettes, les plus grands peuvent transporter les assiettes.

Pour meubler la conversation, voici quelques suggestions :

·       À la place de demander à l’enfant de raconter sa journée, demandez-lui qu’elle a été la meilleure blague de la journée, son moment préféré, ce qu’il veut en retenir, etc.

·       Le jeu des devinettes. Chacun son tour, on choisit un mot. Les autres doivent poser des questions pour trouver des indices et on ne peut répondre que par oui ou par non.

·       La compétition de la meilleure blague.

·       Les phrases de diction: « Ton thé t’a-t-il tari ta toue et ta tante t’a-t-elle ôté ta toupie », « Les chemises de l’archiduchesse sont-elles sèches ou archisèches, chère archiduchesse », « Petit pot de beurre, quand te dépetit-pot-de-beurreriseras-tu ? Je me dépetit-pot-de-beurreriserai quand tous les petits pots de beurre se seront dépetit-pot-de-beurreriserés », etc.

·       On invente une histoire ensemble. Chacun son tour, on raconte un bout de l’histoire et on reprend où le dernier a laissé.

·       Si j’étais… si j’étais un animal, lequel serais-je ? Pourquoi ? Si j’étais une fleur, une couleur, un des quatre éléments, etc.

Être seule avec les enfants alors que l’on est habitué de séparer les tâches peut sembler être une corvée. Pourtant, c’est un moment privilégié pour développer une connivence avec son enfant.

Quand papa reviendra et qu’il jouera avec ses amours pour rattraper le temps perdu, vous aurez amplement le temps de plier la brassée de lavage que vous aviez mise de côté, trop occupée que vous étiez à créer des souvenirs mémorables pour vous et votre petit.

Papa absent ? Profitez-en !

Article rédigé par Catherine Lemire