Partir sans enfants

Partir sans enfant ? Jamais au grand jamais je n’ai osé y penser !

À mon premier, Mère poule était mon deuxième nom. J’anticipais tout comme une possible séquelle émotionnelle, physique ou intellectuelle qu’il traînerait tel un boulet jusqu’à l’âge adulte. « Tout se joue avant 6 ans » était mon livre culte et j’appliquais toutes les recommandations à la lettre.

Puis, un deuxième bébé est né et un troisième… Mes standards ont changé. Un peu.

Quand l’occasion « voyage sans enfant » s’est présentée, mon bébé avait 9 mois et ne faisait toujours pas ses nuits. Mon corps et ma tête étaient mûrs pour du repos, mais mon cœur, lui ? L’idée était folle, la destination unique, et j’avais 4 mois pour m’y préparer mentalement (et sevrer mon bébé). Pourquoi pas !

La journée du départ, je faisais ma « tough ». Mais, au premier câlin, les larmes ont jailli sans prévenir. Par chance, j’avais le soleil comme excuse pour garder mes lunettes. La route vers l’aéroport fut silencieuse. Mais mon mari, fin renard, m’invita au Boulevard Rapide, porte 59. Après 2 verres de vin, les vacances commencèrent. 

Je vous mentirais si je vous disais que je n’ai pas pensé aux enfants. Par contre, et contre toute attente, je ne me suis pas ennuyée d’eux. Nous vivions au jour le jour en profitant de chaque instant. Mes yeux ne s’en pouvaient plus de voir et ma tête ne pensait plus. Le paradis !

Alors, partez sans enfant.

Parce que sept ans de maternité à temps plein, ça use les batteries.

Parce que des occasions de voyages comme ça, ça n’arrive pas souvent (surtout avec trois jeunes enfants).

Parce que vous êtes un couple d’abord et avant tout.

Et parce que vous serez tellement de meilleurs parents à votre retour.

La Testeuse Voyageuse
www.latesteuseculinaire.com