L'importance du jeu

L’éducation a toujours fait partie de ma vie. Petite, je me souviens que mon père révisait mes devoirs, et qu’à chaque remise de bulletin on s’assoyait avec lui sur son fauteuil pour tout réviser en sa compagnie. Il nous a toujours rappelé l’importance d’aller à l’école, d’apprendre et de se dépasser. Après son décès (j’avais douze ans), ces paroles sont restées gravées dans ma mémoire. Même s’il n’était plus parmi nous, lorsque je recevais mon bulletin, je prenais place sur sa chaise pour tout analyser. Le jour où j’ai reçu mon diplôme universitaire, je savais qu’il me regardait de là-haut et qu’il était fier de sa petite fille.

Aujourd’hui que je suis mère, j’ai pris les mêmes habitudes avec mes enfants. Je les accompagne du mieux que je peux dans leurs études, je les encourage et je les pousse pour qu’ils se dépassent. Je dois même vous avouer que je procède de la même façon avec eux lorsque je reçois leurs bulletins.

J’ai donc de la difficulté à accepter le fait qu’il y ait des enfants dans des endroits défavorisés qui n’ont pas, ou qui ont très peu, accès à l’éducation. Ceci est l’une des raisons qui m’ont poussée à devenir ambassadrice pour l’organisme Right To Play. Quand j’ai entendu, pour la première fois, l’histoire de cet organisme, j’ai été profondément touchée.

Saviez-vous que 835 000 jeunes, dans 20 pays, participent à des activités organisées par l’organisme à chaque semaine ? Grâce à des activités conçues spécialement avec une méthodologie, ces enfants, tout en jouant, apprennent énormément. Chaque séance de jeu comporte plusieurs étapes : une discussion théorique sur le sujet du jour, un échauffement, un jeu où ils mettront en pratique la théorie apprise tout en s’amusant, un retour au calme et une discussion en conclusion.

Par exemple, dans le pays que je représente, le Ghana, grâce aux activités Right To Play, les enfants ont pu apprendre comment décortiquer une horloge analogique et ont saisi la notion du temps (secondes, minutes, heures).

Au Ghana, plusieurs enfants ne peuvent pas aller à l’école, car ils ont un style de vie pastoral : dès un jeune âge, les enfants doivent travailler sur leur terre et aider leur famille à subvenir à leurs besoins. L’organisme Right To Play, en tenant compte de leur réalité, a décidé d’offrir des cours et des ateliers en fin d’après-midi dans les villages. Sous un arbre, le lieu de rencontre à 15 h, des enfants peuvent venir apprendre une fois leurs travaux familiaux terminés. L'objectif du programme au Ghana est de créer un environnement d'apprentissage sécuritaire et interactif, qui encourage la participation active des enfants et des jeunes, en particulier des filles. Les enfants ont donc l’opportunité d’apprendre et de s’éduquer grâce à Right To Play.

Une récente étude réalisée par la firme Ipsos Reid révèle que les parents canadiens utilisent l'apprentissage par le jeu dans leurs maisons pour enseigner les compétences indispensables à la vie de leurs enfants. Ils comprennent comment ces compétences contribuent à un avenir meilleur. Par contre, alors que les parents estiment que le jeu est un outil important pour enseigner les compétences indispensables à la vie, l’étude nous révèle que les parents canadiens sous-estiment l'impact du jeu sur les enfants dans les pays en développement. Or, 93% des enfants qui participent au programme de Right To Play confirment qu’ils ont maintenant une meilleure estime de soi.

Selon le Conseil canadien sur l'apprentissage, le jeu nourrit tous les aspects du développement de l'enfant. Il constitue le fondement des compétences intellectuelles, sociales, physiques et émotionnelles nécessaires pour réussir à l'école et dans la vie. Le jeu ouvre la voie à l'apprentissage.

Transient

Je vais être très franche avec vous. Avant de faire des recherches pour en apprendre un peu plus sur cet organisme, j’étais un peu ignorante. Je ne savais pas qu’il existait et je n’avais pas réalisé l’importance ainsi que le pouvoir du jeu, surtout dans des pays sous-développés. J’ai l’impression que nous vivons dans une société de plus en plus individualiste (un sujet pour un prochain billet) et parfois, nous oublions, à quel point nous sommes privilégiés de vivre au Québec.

Je vous invite à prendre un moment pour vraiment y réfléchir.

Allez visiter la page Facebook de l’organisme et présentez-le à vos enfants. C’est une très belle occasion pour leur parler des pays défavorisés. Ensuite, si le cœur vous en dit, prenez un court instant pour voter pour mon projet : We help children learn / Nous aidons les enfants à apprendre. Si mon projet reçoit le plus de votes, j’aurai l’opportunité de partir au Ghana pour voir notre projet en action. Quelle opportunité pour concrètement aider et rencontrer ces enfants qui ont besoin de notre appui.

De plus, vous pouvez également gagner un voyage en Afrique pour voir, vous aussi, le projet gagnant en remplissant un court formulaire.

Pour voter, c’est simple:

1)      Rendez-vous sur : http://bit.ly/LevelTheField (si ce n’est pas fait, aimez la page);
2)      Cliquez sur « Enter now »;
3)      Votez pour mon projet We help children learn/Nous aidons les enfants à apprendre OU votre projet coup de cœur. Même si j’aimerais me rendre au Ghana, chaque projet représenté est important.

Pour gagner un voyage en Afrique:

1)      Rendez-vous sur : http://bit.ly/LevelTheField (si ce n’est pas fait, aimez la page);
2)     Cliquez sur « Enter now »;
3)      Remplir le petit formulaire "Join us/Joignez-vous à nous..."

Si vous aimeriez avoir plus d’informations sur l’organisme, vous pouvez visiter leur site internet ou encore vous abonner à leur infolettre.

En tant que parent ambassadrice unique au Québec, je vous remercie d’avoir pris le temps de lire ce billet, et, pour ceux qui se rendront sur la page pour voter, merci infiniment pour votre appui.

Divulgation: Je suis un parent ambassadeur pour l'organisme Right To Play Canada