Le fameux stress financier

Dans la vie de tous les jours, on parle rarement d’argent.  C’est un sujet qui est peu abordé - je dirais même qu’il est considéré comme tabou. C’est correct. Ce sont tout de même des informations personnelles. Mais qu’en est-il du stress financier ? J’ose spéculer qu’il fait partie de la vie de plusieurs. Jusqu’à tout récemment, il était assez présent dans la mienne.

Confidences.

Ce n’est pas un secret, je suis travailleur autonome. Qui dit vie de pigiste, peut aussi dire vie dans l’incertitude financière car à moins d’avoir un gros contrat qui se renouvelle année après année, nous vivons projet par projet. Les années passent et ne se ressemblent pas mais depuis les dernières années, je suis capable de tirer un salaire raisonnable et poursuivre ma passion.

La vie de contrat comporte aussi ses risques. Malheureusement, il y a deux ans, j’ai appris une importante leçon : ne jamais prendre pour acquis une entente où il n’y a pas de contrat officiel. En fait, j’ai travaillé sur un gros mandat, j’ai investi temps (des dizaines et dizaines d'heures) et même un peu d’argent. On m’avait mandatée pour un projet spécifique avec un paiement à la fin. Mon salaire pour ce projet.

Je n’ai jamais vu un sou. Pas un seul.

Étant donné que je suis à mon compte et que les paiements pour mes projets arrivent souvent 2 à 4 mois après le travail accompli, il m’arrivait très souvent de piger dans notre marge de crédit, c’est à dire je me verse le montant que je recevrai et je rembourse ma marge dès réception de mon chèque.

Alors imaginez l’immense manque à combler lorsque je n’ai jamais reçu le paiement dû.

2015 fut une année un peu plus difficile financièrement pour moi, j’étais souvent stressée par ce manque à combler et on n’arrivait pas à souffler.  Heureusement, 2016 a été une meilleure année et j’avais fixé l’été 2016 comme date maximum pour avoir récupéré ce que nous avions perdu.

Ça fait maintenant quelques mois que nous vivons sans stress financier. Je gère mes finances différemment (afin de ne plus revivre ça ever). Ça nous a pris deux ans pour reprendre le dessus. Imaginez ! Deux ans.

Maintenant, je constate à quel point ce stress était lourd et pesait sur moi. L’autre jour, j’étais en train de magasiner et j’ai vu des pantalons pour ma fille. Le sentiment que je pouvais les acheter sans prendre cinq minutes pour réfléchir à la chose… BONHEUR. À y penser, c’est rien mais ça fait tout de même une immense différence.

Oh que je souhaite que cette stabilité financière demeure. Bien entendu, c’est un travail continu, soit celui de bien gérer le budget avec les dépenses de la vie courante mais je crois qu’il faut y investir du temps, sans oublier de planifier pour le futur et les imprévus. Car ça, il y en a tout le temps. Surtout avec des enfants, n’est-ce pas ?

Je vous ai dit que ma voiture commence à nous faire des surprises et qu’Emma aura possiblement besoin de broches ?

Voilà. ;-)

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter