La littérature historique

En tant que maman de trois jeunes enfants âgés de 2 mois à 5 ans, j’ai des journées extrêmement occupées. Parfois, je ressens le besoin d’arrêter le temps et d’oublier mes soucis de maman, le temps d’un livre. J’aimerais vous partager ma passion pour la lecture à travers différents types de romans ou d’auteurs que j’apprécie particulièrement, parce que vous méritez toutes une petite pause, un moment rien qu’à vous dans ces semaines qui filent à toute allure.

iStock_000004567327XSmall.jpg

L’arrivée de l’automne et de ses soirées fraîches sont idéales pour se blottir dans une couverture chaude et s’évader dans un bon roman. Et pour s’assurer d’être bien dépaysée, pourquoi ne pas choisir d’explorer un monde qui nous est totalement étranger: le passé!

Pour ma première chronique, j’aimerais vous parler de mon ‘’péché mignon’’ littéraire : les romans historiques. J’aime explorer les époques sous la plume de formidables raconteurs et découvrir comment les gens vivaient, avant l’arrivée de l’automobile, de l’internet et de la télévision, comment la manière d’élever nos enfants a changé au cours des décennies, avec toujours en toile de fond les événements historiques qui ont ponctué notre histoire. Non seulement ces romans sont divertissants, mais en plus ils nous donnent l’occasion d’apprendre et de parfaire nos connaissances historiques.

Alors, parce que les mamans ont aussi besoin de se détendre entre les petits nez qui coulent, le plus vieux à reconduire à l’école et le cours de ballet de la petite dernière, j’aimerais vous présenter mes auteurs préférés pour ce type de romans.

Il y a tout d’abord le prolifique auteur Michel David, qui malheureusement nous a quittés à l’été 2010, non sans nous laisser en héritage plusieurs séries de romans qui explorent tant la vie rurales à travers les années que la réalité des ouvriers des quartiers défavorisés de Montréal. Ses séries, par exemple Le petit monde de Saint-Anselme, La poussière du temps, Chère Laurette, Un bonheur si fragile et la toute dernière, Au bord de la rivière, publiée à titre posthume aux éditions Hurtubise HMH, se sont vendues à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires. Ses personnages, tantôt attachants, tantôt détestables mais toujours très humains, nous font voyager dans le quotidien des familles d’antan. Certaines séries s’échelonnent sur plusieurs décennies, par exemple des années 1930 aux années 1980 ou encore, des années 1940 aux années 2000 et suivent plusieurs générations de personnages qu’on voit évoluer au rythme des années qui passent. Lorsqu’on lit les romans de Michel David, on a presque l’impression de se faire raconter des anecdotes par notre propre grand-père.  Michel David est sans conteste un formidable raconteur, qui nous fait découvrir la beauté de sa région du Cœur-du-Québec et le charme moins évident des quartiers ouvriers de Montréal.

Toujours chez Hurtubise HMH, les séries Les portes de Québec et leur suite Les années folles, de Jean-Pierre Charland, sont également très intéressantes. Elles sont beaucoup plus axées sur le contexte politique québécois du début du 20e siècle, que nous explorons à travers les aventures de la famille Picard.  Bien qu’il y ait des histoires romanesques en toile de fond, les romans de Jena-Pierre Charland ont un ton beaucoup plus sérieux, mais elles demeurent à la fois divertissantes et instructives.

Dans un tout autre style et toujours chez Hurtubise HMH, la série Hélène de Champlain de Nicole Fyfe-Martel, nous fait également beaucoup voyager, on y découvre Québec dans ses premiers balbutiements ainsi que la France des années 1600. On y présente un personnage ayant réellement existé, Hélène de Champlain, qui a été l’épouse de Samuel de Champlain. Cependant, bien qu’on y mette en place un personnage historique, il s’agit plus d’un roman d’amour que d’autre chose, et le personnage principal, bien que basé sur une personne réelle, me semble largement fictif. Si vous aimez les romans d’amour sur fond d’époque, alors, vous aimerez Hélène de Champlain!

Enfin, si un peu de fantastique ne vous fait pas peur, les romans de Diana Gabaldon vous divertiront à coup sur! Dans le premier tome, Le chardon et le tartan, une jeune infirmière anglaise vivant dans les années 1940 se retrouve projetée dans l’Écosse des années 1740. Au fil des romans, on vit les grands bouleversements du soulèvement de 1743, jusqu’à la guerre d’indépendance américaine. C’est une série très riches en rebondissements et qui visite plusieurs pays au fil des pages : la France, l’Angleterre, l’Écosse, et même les Caraïbes. De plus, on suit l’histoire d’amour passionnée des deux personnages principaux, Jamie et Claire, ce qui épice agréablement la lecture.

Alors, voilà pour mes suggestions. J’aimerais ajouter que les lectures historiques peuvent être une belle occasion de partage entre les générations. En ce qui me concerne, ça m’a permis de beaux échanges avec mon ‘’jeune’’ grand-papa de 81 ans. Non seulement il a pu me raconter des anecdotes des époques visitées par les romans que j’avais lu, mais, de plus, je lui ai prêté mes livres et lui ai fait découvrir les joies de la lecture. J’espère qu’il aura l’occasion de partager ses souvenirs et anecdotes avec mes propres enfants, afin d’enrichir l’héritage culturel que j’essaie de leur transmettre.

Sur ce, bon automne, et bonne lecture!

Article rédigé par Catherine Lavoie