Ski : Tranche de vie et passeport des neiges

Tranche de vie

J’habite l’Estrie. Nous sommes entourés de parcs nationaux, de montagnes et de cours d’eau. On m’a souvent demandé si je faisais du ski alpin, et les gens étaient surpris d’apprendre que non. En toute confidence, j’avais une peur bleue des montagnes de ski. Ça remonte à un évènement survenu dans mon enfance. Je vous épargne les détails (je les garde pour mon premier livre. Oui, petit scoop ici), mais, depuis ce temps, je n’avais aucun intérêt à retourner sur les pentes.

Même qu’au fil des années, je me suis perçue comme étant médiocre et incapable de faire du ski. Suivre un cours, ce n’était pas une option, car je ne réussirais tout simplement pas. Incroyable comment notre propre personne peut parfois être notre pire ennemi.

Mon conjoint aime beaucoup ce sport et, la semaine dernière, étant donné qu’il était encore en congé, il voulait aller skier un après-midi. Ma fille, qui est présentement en 5e année, avait deux jours de cours de ski également durant cette même semaine. C’était donc le moment ou jamais pour moi. Je me suis donné un objectif de suivre un cours afin de surmonter ma peur. Peut-être que je n’aimerais pas le ski du tout ou peut-être que je m’en faisais beaucoup trop pour rien.

J’ai fait des téléphones et je me suis inscrite à un cours à Bromont. C’était clair que je n’irais pas au Mont Orford (où ma fille était). J’avais vraiment le trac et quand j’ai vu mon jeune moniteur de 18 ans, j’ai instantanément eu des préjugés. « Bon, le petit jeune va rire de moi, il va se penser hot, qu’est-ce qu’il connaît à l’enseignement du ski, etc. » Avec du recul, je n’en reviens toujours pas d’avoir pensé de telles choses. Je pense que j’étais vraiment nerveuse. Mon instructeur fut le plus gentil des garçons de 18 ans : poli, patient et un très bon professeur.

Nous avons passé 90 minutes ensemble et, vers la fin de mon cours, il trouvait que j’étais assez bonne pour aller sur les pentes. Nous avons alors fait deux descentes ensemble. À part quelques moments où je trouvais que ça allait trop vite (et où j’ai lancé quelques cris de stress !!!!), ça s’est bien déroulé et j’ai même aimé mon expérience. J’étais assez solide sur mes skis et je ne suis même pas tombée. J’étais fière de moi. Je répète (car ce n’est pas toujours facile pour moi de m’autocomplimenter), j’étais fière de moi. J’ai réussi. J’étais capable de faire du ski alpin.
 

Oui, c'est moi... en train de monter la montagne pour ma première descente officielle !

Oui, c'est moi... en train de monter la montagne pour ma première descente officielle !


Je songe même à prendre un 2e et un 3e cours. Ma fille a beaucoup aimé son expérience et aimerait poursuivre ses apprentissages. J’ai trouvé des cours abordables donc elle va peut-être en prendre d’autres.

Passeport des neiges

Savez-vous que les enfants en 4e et 5e année peuvent se procurer un passeport des neiges ? Ce passeport leur offre la possibilité de skier trois fois dans une même station de ski gratuitement. Le passeport coûte seulement 29,95 $ et plusieurs centres de ski participent au programme. Une belle façon pour nos enfants d’apprendre ce sport d’hiver. Pour plus d’informations, visitez le site Passeport des neiges.

Faites-vous du ski ? Et vos enfants ? Quelles sont vos montagnes préférées ?

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter