Pommes de terre 101

Au mois de septembre, je suis revenue d’un séjour au Nouveau-Brunswick dans le cadre du programme Libre accès aux mamans de McDonald's.  Je n’ai jamais vu autant de pommes de terre et de frites de toute ma vie! Je ne crois plus les regarder de la même façon.

Je dois tout de suite vous avouer que j’ai un faible pour les frites carrées du McDonald's.  Depuis que je suis petite, je trie mes frites et je mange seulement celles qui sont carrées. Si j’ai très faim, bien je succombe et je mange les autres, vous savez celles qui sont pointues, mais j’ai toujours eu un coup de cœur pour celles qui ont les bouts droits.  Les frites carrées du McDo ont un petit je ne sais quoi… des beaux coins, un centre cuit à la perfection et tant qu’à me confier je préfère aussi celles qui sont longues.  À chacun ses manies, n’est-ce pas?

Je dois aussi vous dire que je suis une maman-étiquette.  Avec une poulette allergique aux noix et aux arachides et qui est également intolérante à tout ce qui génétiquement modifié,  j’aime avoir des détails sur les aliments que mes enfants consomment. Alors vous pouvez comprendre que j’avais bien hâte d’en apprendre plus sur leurs fameuses frites.

Nous avons passé la première journée du voyage à visiter des agriculteurs.  Quelle belle journée nous avons eue pour visiter la ferme Desjardins en campagne, près de Grand Sault.  Cette ferme se spécialise uniquement dans la culture de pommes de terre pour McCain.  Il faisait beau, la vue était splendide et monsieur et madame Desjardins nous ont reçues les bras grands ouverts.  Ça m’a étonnée de voir à quel point ces gens sont fiers de leur ferme, de leurs récoltes, de leur terre. Ce sont des personnes travaillantes et déterminées.  Mme Desjardins nous a expliqué la joie que ça lui apportait d’amener ses petits-enfants au McDonald's. Chaque fois, elle leur raconte qu’ils mangent les frites à grand-papa.  Ses yeux pétillaient lorsqu’elle nous a raconté l’histoire!

Ils nous ont expliqué leur processus de récolte et nous sommes allées dans le champ pour voir le tout de nos propres yeux.  Nous avons même participé à la récolte!  Nous avons commencé par la bonne vieille façon… oui, oui, comme dans « l’ancien temps ».  C’est  avec une fourche que nous avons mis la main à la pâte!  Ensuite, nous sommes montées sur la récolteuse .   Entre vous et moi, je ne sais pas comment les agriculteurs font pour travailler sur cette machine.  C’était bruyant et le processus allait tellement vite, qu’après cinq minutes, j’étais déjà étourdie.

J’avais plusieurs questions sur les engrais et pesticides utilisés. Voici ce que j’ai appris.  À la semence, un engrais est planté pour maximiser la récolte.  Cependant, McCain ne veut pas nécessairement avoir les plus grosses pommes de terre ; il en cherche plutôt de toutes les grosseurs. Pour ces raisons, selon la variété, les pommes de terre sont plantées stratégiquement pour s’assurer que la grosseur finale soit correcte, ni trop grosse, ni trop petite. Ça m’a étonné, car nous vivons dans un monde où on essaie toujours d’avoir « plus grand/plus gros ».  En ce qui concerne les pesticides, les agriculteurs se conforment à la réglementation et les champs sont seulement arrosés au besoin. Il faut se rappeler que l’ajout de pesticides engendre des coûts pour l’agriculteur et par conséquent, pour économiser ainsi que pour l’environnement, il s’en sert seulement quand nécessaire. Mon petit côté santé a été content d’entendre ça.

Voici quelques faits sur la culture de pommes de terre :

  • Certaines variétés de pommes de terre peuvent être entreposées jusqu’à 10 mois dans des silos.
  • Les pommes de terre qui poussent dans les champs et qui sont achetées par McCain et conséquemment par McDonald's contiennent aucun OGM.
  • Pour s’assurer que les agriculteurs se conforment à leur réglementation, McCain procède à des vérifications surprises.
  • Au Nouveau-Brunswick, il y a 55 000 acres consacrées à la récolte de pommes de terre.
  • Lors des récoltes, un agriculteur peut récolter jusqu’à 800 000 livres de pommes de terre par jour.

Le lendemain, nous sommes allées visiter les installations de McCain. Nous avons eu une visite guidée du voyage complet de la pomme de terre : de la livraison à l’emballage sans oublier (l’une de mes parties préférées) les tests de qualité.

La première chose qui m’a marquée lorsque j’ai mis le pied dans l’usine McCain, c’est l’odeur. Elle fut parfois forte et désagréable. C’était quelque chose!

L’usine fonctionne en permanence. Le processus de fabrication, que ce soit pour les frites ou les patates hachées est toujours en marche.  Par contre, dans l’horaire, il y a toujours des moments spécifiques où le processus arrête complètement et un grand ménage est de mise, et ce, partout dans l’usine.

Lors du processus, une des étapes est la cuisson des frites dans l’huile végétale qui enlève l’excès d’eau dans les frites, ce qui ajoute une texture croustillante et qui diminue le temps de cuisson en restaurant. L’huile utilisée est à 100 % végétale.  Quand on lit la liste des ingrédients sur le site internet de McDonald's, je suis tout de même déçue de constater qu’une frite grand format  contient 0.3 g de gras trans.  Il me semble qu’aujourd’hui, les frites des restaurants McDonald's devraient contenir 0 g de gras trans. Non?

Je me suis toujours demandé pourquoi les frites du McDonald’s étaient presque parfaites.  Je comprends maintenant pourquoi! Ils ont élaboré tout un processus pour assurer l’uniformité de leur produit.

Le processus complet compte 19 étapes.  Le tout débute avec l’entreposage des pommes de terre.  Ensuite les produits sont livrés à l’usine McCain.  Une fois arrivée, elles sont lavées, mesurées et pesées.  C’est à ce moment que McCain vérifie la qualité des pommes de terre et  paye l’agriculteur.  Donc ce dernier n’est jamais 100% certain de ce qu’il va recevoir comme montant pour sa livraison.  Par la suite, on procède à nettoyer la récolte et à enlever la pelure des pommes de terre.  Après vient un « pré-chauffage » où le produit est réchauffé dans l’eau chaude suivi du découpage pour transformer les pommes de terre en frites.

Une fois que les frites sont formées, elles passent sur un convoyeur où plusieurs caméras les vérifient  pour enlever celles qui ont des défauts.  Vient ensuite le blanchiment, processus qui est utilisé pour enlever le sucre des pommes de terre. La prochaine étape consiste à tremper les frites dans une solution appelée « SAPP » (pyrophosphate disodique). Ce produit  sert à donner une couleur doré aux frites ainsi qu’à stabiliser le niveau de sucre. Par la suite,  elles passent sous un séchoir. Ce processus est utilisé pour promouvoir un extérieur croustillant lors de la cuisson. Après, les frites passent à la cuisson (étape dont je vous parlais ci-dessus).

Une fois cuites, elles sont congelées.  Avant d’être emballées, les frites passent sous une dernière vérification pour enlever toute frite ayant un défaut.  Les boîtes sont alors envoyées dans un entrepôt où la température est réglée à une température adéquate pour maximiser la préservation des frites.  Finalement, à tous les trente minutes, McCain teste un sac de frite (produit fini) pour s’assurer que tout est sous contrôle.  Ils vérifient tout : couleur, goût, longueur, défauts, etc. en utilisant les mêmes produits (friteuse, huile et sel) que celles qu’on retrouve dans les restaurants McDonald’s.

 

Côté environnemental, McCain se démarque. L’usine répond à de nombreuses certifications environnementales.  De plus, dans les dernières années, McCain a réduit sa consommation d’eau d’environ 15 %, ce qui est énorme.

Voici donc quelques faits sur l’usine McCain:

  • L’entreprise McCain a été fondée en 1957 par deux frères. Aujourd’hui, l’entreprise demeure toujours  une opération 100 % familiale.
  • Saviez-vous que dans le monde entier, une frite sur trois est une frite McCain?
  • Tous les jours, l’usine de Grand Sault transforme environ 1,5 million de livres de pommes de terre.
  • McCain produit un mois de frites pour un petit ou moyen restaurant McDonald's en 15 minutes.
  • L’usine de Grand Sault produit assez de frites annuellement pour fournir tous les restaurants du Québec ainsi que tous les restaurants dans l’Est du Canada.

Ce voyage m’a permis de constater à quel point les restaurants McDonald's ont des standards élevés  pour la transformation des pommes de terre en  frites.  Quand on choisit de manger dans un restaurant de type rapide, c’est de mise que ce n’est pas comme manger un repas préparé à la maison.  Cependant, si nous y allons occasionnellement, après avoir vu les processus de McCain, je crois que les frites du McDonald's sont d’une qualité plus qu’acceptable. Je suis agréablement surprise par tout ce que j’ai vu.

C’est certain que la prochaine fois que je mangerai des frites du McDonald’s, j’aurai un petite pensée pour la famille Desjardins et le processus que ça a pris pour faire mes petites frites carrées.

Au mois d'octobre, j’irai faire un tour en Alberta… pour en apprendre plus sur leurs boulettes de viande.  Croyez-vous  vraiment qu’elles sont constituées à 100 % de bœuf?  Je vous reviens avec la réponse.  

Pour voir tous les billets des voyages (incluant ceux à Isabelle Charest), rendez-vous sur le site officiel du programme.

À bientôt!

 

 

« Décharge : Je suis blogueuse pour le programme Libre accès aux mamans et je reçois compensation pour mon affiliation avec ce groupe. Les opinions sur ce blogue, cependant, sont bien les miennes ».

3 Comments