De bonnes habitudes avec PURELL

L’automne semble déjà à nos portes, ce qui m’amène à penser aux petits désagréments qu’il a tendance à m’apporter. J’adore cette saison, comprenez-moi bien. Je l’ai toujours attendue avec impatience puisqu’elle amène avec elle des couleurs magnifiques et un vent plus frais. Par contre, qui dit automne, dit aussi : toux, nez qui coule, petite fièvre. Les possibilités de contracter un rhume, une grippe et des virus respiratoires sont beaucoup plus présentes en automne et en hiver. Et pour certaines familles, il est primordial d’éviter d’attraper lesdits microbes qui y sont associés.

Je fais partie de celles qui ont une réalité qui est loin d’être la norme. Ici, les microbes, on veut les éloigner au maximum puisqu’un simple rhume peut mener à des petites complications pulmonaires. Toutes les familles d’enfants prématurés me comprendront. Notre PURELL est notre plus grand allié, et ce, tous les mois de l’année.

Lors des grands rassemblements, j’ai dû, à plusieurs reprises, demander aux gens présents d’utiliser mon désinfectant avant de prendre mon enfant. Il ne faut pas avoir peur d’imposer cette règle, parce qu’enfant prématuré ou pas, s’il y a quelque chose qu’aucune maman n’aime c’est bien celle de voir son petit bébé malade.

Pour ma part, avant d’être mère, je n’y pensais pas trop. Mais après avoir vécu la néonatalogie à deux reprises, j’ai adopté de nouvelles habitudes d’hygiène. Je ne sors plus sans mon PURELL parce que je sais pertinemment que si ce n’est pas moi qui l’utilise, il sera utile à quelqu’un d’autre puisqu’il arrive souvent d’être dans un environnement où ni l’eau ni le savon sont à portée de main. Par exemple, lorsque nous allons faire l’épicerie avec les enfants, je désinfecte la poignée du panier d’épicerie, avant et après l’utilisation. Si je suis en camping, ou même simplement dans un parc, c’est certain que je l’utiliserai après avoir mouché mes enfants ou après un changement de couche. Nous avons des formats de poche que nous trainons dans nos sacs : même papa en amène pour la pêche ! Les occasions se présentent plus souvent qu’on l’imagine.

C’est important de faire de la prévention, et de parler de l’impact d’une bonne hygiène sur soi et envers les autres. Il n’y a pas 20 000 façons de limiter les germes et de se protéger contre les microbes. Par respect, il faut en prendre l’habitude et faire notre part des choses : désinfectez vos mains et évitez les contacts lorsque vous êtes malades.

C’est pourquoi je m’engage à participer au Défi 30 jours de PURELL qui désire aider les familles à adopter de bonnes habitudes d’hygiène. 

Alors, vous embarquez avec moi ?

Article rédigé par Kim Lefrançois-Racicot

*N'oubliez le tirage exclusif sur le site Je suis une maman : http://lynk.to/6JF6S 
**Pour tous les détails sur le défi, rendez-vous sur le site de PURELL.