Le temps des Fêtes et l’amitié… avec des enfants

S’il y a un sujet délicat dans la société en général c’est bien l’éducation des enfants.  Les valeurs de chacun, les opinions, les expériences et les façons de voir les choses peuvent rapidement causer des conflits que ce soit dans un couple, une famille et… même en amitié.

Avec le temps des Fêtes qui s’en vient, les occasions de tester notre patience, nos limites et nos relations seront fort présentes.

Moi la première, j’ai une amitié qui me demande beaucoup de patience et zénitude lorsque nous nous retrouvons en gang avec les enfants.  Pourtant, c’est une amitié de longue date mais avec les enfants, ce n’est pas évident.  Nous avons de grandes différences de valeurs, d’interventions, de croyances éducatives qui peuvent facilement devenir source de tensions.

Qui a tort? Qui a raison?  Personne et tout le monde à la fois, je dirais. 

Dans mon histoire, les enfants, ni les miens ni les siens sont en cause, ce sont nos valeurs et méthodes éducatives qui divergent! Faire des activités ensemble, avec les enfants, est du domaine du sport olympique de la patience. J’ai l’habitude de voyager beaucoup avec mes enfant, je suis une fille ponctuelle, nous sommes une famille plutôt sportive, je suis du genre à me dire que les enfants apprennent en expérimentant, elle et ses enfants, non.

Malheureusement, avec le temps mes enfants ont de moins en moins le goût de faire des activités avec eux et en toute franchise moi aussi même si je les aime vraiment beaucoup tous les trois! Ce qui devrait être un moment de plaisir, vire au cauchemar! Je me doute bien qu’elle de son côté ne trippe pas super fort à chaque activité non plus…

Je sais que je ne suis pas seule dans cette situation. Récemment, une amie me racontait qu’une de ses relations d’amitié confronte oui ses valeurs mais surtout ses limites de ce qu’elle trouve acceptable. L’enfant de son ami est « un brise-tout ». Il se pointe dans la maison et dès lors, la tornade débute. Si elle intervient, elle se fait dire : « tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfant » et si elle n’intervient pas, elle risque fortement de perdre plusieurs biens précieux.  Mais peu importe elle risque de perdre un ami. Si elle parle, l’autre finira pas ne plus vouloir la voir et si elle ne parle pas, c’est elle qui choisira probablement de ne plus voir son ami. La voir sans l’enfant est presque impossible dans son cas! Pour le party de Noël qui s’en vient, elle est déjà craintive.

En faisant quelques recherches, j’ai constaté sur les forums de discussion que cela était tellement fréquent! 

L'une raconte que le fils d’un ami d’enfance laisse son enfant tout faire sous prétexte de TDAH, ayant elle-même un enfant TDAH elle se dit que c’est possible au minimum de réparer ce qu’il brise ou au moins de s’excuser…  L’autre tombe dans les accusations et le froid s’installe entre eux. Ils sont des semaines sans se parler! La personne se demande chaque fois si l’amitié n’est pas rompue. Cette année, elle a choisi de ne pas faire de fête de Noël avec eux.

Un autre dit que les enfants de sa cousine sont « des monstres », il est impossible d’avoir une activité familiale sans qu’un de ses enfants soient blessés par les autres enfants. Il a essayé le dialogue, ne plus les voir, interdire aux enfants de jouer avec leur « cousins »… tout ça a causé des chicanes et de l’incompréhension dans la famille. Les Fêtes s’annoncent pénibles.

Des histoires du genre, il y en a plusieurs sur diverses formes et elles existeront toujours, je crois, du moins, pour un bon bout!

Comment ne pas le prendre personnel quand un ami ne peut plus endurer notre enfant? En tant que parent, nous nous sentons si rapidement jugé et confronté. Comment réussir à passer du temps avec notre ami et ses enfants sans toujours être sur le qui-vive, la défensive?

Est-ce possible de faire la distinction entre le fait que la personne ne peut pas endurer notre enfant ou de faire une activité avec eux et l’amitié qu’elle nous porte?

Je n’ai pas trouvé de solution miracle, je n’ai pas LA réponse. Ce que je sais c’est que je ne veux pas perdre mon amie, j’aime ses enfants et je veux trouver une façon de faire pour que toutes les deux soyons bien et les enfants, surtout, aussi.

Avec le temps des Fêtes qui arrive, plusieurs seront confrontés à cette situation, que ce soit avec les neveux-nièces ou encore les enfants des amis ou des collègues. Si vous vivez cette situation, comment faites-vous pour rester zen et dans l’esprit des Fêtes malgré tout ?

Article rédigé par Hélène Boissonneault
SemeursDeBonheur.com