Une rencontre inattendue

C’était une journée pédagogique. J’avais quelques commissions à faire alors les enfants et moi avions décidé de les faire en avant-midi afin d’être libres le reste de la journée. Comme la plupart des jours où les enfants n’ont pas d’école durant la semaine, notre premier arrêt fut le Costco. On aime bien faire le tour afin de grignoter un peu ici et là. Ça fait des années que l’on fait ça. Hé oui, confidences!

Un des arrêts était aussi la librairie. Fiston avait reçu un chèque-cadeau et je voulais qu’il se choisisse de nouveaux livres. Les enfants magasinaient tranquillement. Après quelques minutes, nous sommes tombés face à face avec les deux enseignants qui ont enseigné à mes enfants en troisième année : Mme Josiane (pour grande Fille) et M. Sébastien (pour Fiston). Quel heureux hasard!

Ils ont pris un moment pour prendre des nouvelles des enfants et nous avons jasé quelques minutes du secondaire, de Fiston et sa blessure sur la cour d’école (il était tombé quelques jours auparavant) et de lecture. C’était une rencontre inattendue, mais tellement belle.

Mes enfants sont vraiment choyés d’avoir, sur leur passage scolaire, des professeurs en or. Ils n’étaient pas obligés d’arrêter et de nous jaser. Ils ont pris le temps. Ils étaient sincèrement intéressés à mes enfants.

J’y pense et mes yeux se remplissent d’eau. Oui, leur geste fut d’une grande simplicité, mais l’aboutissement était énorme. Dans la voiture, les enfants étaient contents d’avoir revu leurs professeurs, nous nous sommes remémoré de beaux souvenirs et le climat était joyeux. Je voyais dans leurs yeux qu’ils étaient contents de cette rencontre inattendue.

Je le dis souvent, car je le pense sincèrement : les professeurs que nous côtoyons dans notre parcours scolaire peuvent avoir de grands impacts positifs dans notre vie. J’en suis la preuve. Or quand je vois ce que j’ai vu ce matin-là, bien je ne peux que sourire et ça confirme mes pensées sur le sujet.

Mme Josiane, M. Sébastien et tous les enseignants qui donnent ce petit plus, qui prennent un moment, hors école pour saluer les enfants, merci. Je vous l’ai déjà raconté, mais cette rencontre me fait penser à M. Jean-Guy, l’enseignant en éducation physique. Combien de fois l’avons-nous croisé à l’épicerie? Chaque fois, il offre un beau gros sourire aux enfants et les salue. Vous allez me dire, ben voyons Jaime, ce n’est rien. En effet, ce n’est pas grand-chose, mais pour les enfants, nos adultes de demain, c’est beaucoup.

Je crois qu’il faut un village pour élever des enfants. Si nos jeunes sont entourés non seulement de leurs parents, famille, mais également de Mme Josiane et M. Sébastien… alors oui, ils ont tout un village.

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter