Une histoire de couchette

La couchette

Je l’ai achetée il y a huit ans et demi. Environ. Je ne me rappelle pas du moment exact. Mais je sais que j’étais enceinte. Et mon amie Mariève aussi. La couchette, c’était celle de sa soeur. Celle que sa soeur avait achetée pour son Félix. Félix doit avoir aujourd’hui 16 ou 17 ans. Mon amie a préféré acheter un ensemble neuf pour son bébé. J’ai profité de l’occasion et je l’ai achetée, moi, l’ancienne couchette de Félix. Faut dire qu’il n’en avait plus besoin depuis quelques années déjà. 

50$

C’est tout ce qu’elle m’a coûtée, cette couchette. Je me rappelle du jour où Mariève me l’a apportée. Habitant à 2h de route, nous nous étions rencontré à mi-chemin. Deux couples de futurs parents, dans un resto. Mikes, si mes souvenirs sont bons. 

Arrivés à la maison, il me semble que ça n’avait pas pris beaucoup de temps avant qu’on l’installe dans la chambre de notre bébé. Notre premier enfant. Il n’était pas près à arriver avant plusieurs semaines encore, mais nous étions si excités! Mon ventre était bien rond et je savourais chaque instant. 

Nous avons mis du temps à magasiner le matelas. Nous l’avions choisi avant tant de fébrilité et d’amour. Chez Sears. 

8 ans

Depuis 8 ans, quatre enfants y ont dormi. En 8 ans et demi, il y a seulement quelque chose comme 3-4 mois où elle a été démontée, rangée dans un garde-robe. C’était en attendant qu’on termine la chambre de ma 4e… Quand mon ainé a eu son lit de « grand », j’étais enceinte de ma 2e et on savait qu’ils partageraient la même chambre. On a simplement installé le nouveau matelas à côté de la couchette, espérant une transition en douceur. Quand il serait prêt, il changerait. Ça s’est fait le 1er soir…

Quand ma 2e a eu son lit de « grande », j’étais enceinte de ma 3e. On a procédé à peu près de la même façon, à l’exception que quand la transition a été faite, on a changé la couchette de chambre ; la chambre des enfants étaient trop petite pour accueillir trois lits. Ma chambre si.. Ma chambre était tellement grande, que la couchette était presqu’à égale distance de mon lit que les 2 autres, dans la chambre voisine! C’est ainsi que ma 3e a dormi dans ma chambre pendant toute sa première année de vie.

Au fil des ans, la couchette a perdu des plumes. Plutôt que d’en acheter une plus neuve, nous l’avons « patentée » pour qu’elle survive encore un peu. Fixer le côté anciennement coulissant, couper les pattes, installer un équerre ici, ajouter une vis là.

Un véritable témoin de ma maternité

Elle les a tous vu. Chacun de mes enfants. Certains plus longtemps ou plus souvent que d’autres. De jour, de soir, de nuit, elle a tout vu. Elle a supporté leur poids plume sans broncher. Il faut dire qu’ils n’ont pas été trop exigeants ; ils ont réellement des poids plume.

une histoire de couchette-étapes de la vie-bébé-bassinette-le temps passe-enfant-fini la couchette-transition-lit de grande fille-bébé grandit-toutpetit-maman-Je suis une maman

Elle les a vu grandir.

La nuit dernière aura été sa dernière nuit. Mon bébé a eu deux ans le mois passé. Elle est si petite! Mais si grande à la fois. Je la sens prête. On a donc changé son lit. Défait chaque vis avec autant de minutie que le jour où on l’a montée pour la première fois (cette fois-ci, on avait peur de briser un truc… et d’être pris pour la scier!) On a travaillé presque en silence; le moment était fort, empli d’un respect pour toutes les années de service qu’elle nous avait données. Une émotion dans le coeur, en pensant aux dernières années qu’on a vécu à 100 miles à l’heure. Plein de tendresse en repensant aux débuts, à toutes les fois où on l’a changée de place, de bord. À toutes les fois où on y a couché un enfant. À toutes les autres où on est revenus s’assurer qu’il dormait paisiblement (et qu’il respirait!) À ces nombreuses fois où on y a recouché un enfant réveillé, consolé un enfant en pleurs, remis des draps propres en pleine nuit.

Une page de notre histoire se tourne.

Ce soir, ça fait une heure que je recouche mon bébé dans son nouveau lit de grande fille pas de barreaux. 

Ouais. Un nouveau chapitre commence…

Article rédigé par Catherine Galarneau

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Instagram