Quand ta St-Valentin ne se passe pas comme prévu…

Fruits, guimauve et chocolat pour notre fondue dessert achetés. 

Papiers pour notre rituel familial prêts.

J’avais bien hâte de passer ce petit moment rempli d’amour (et fort probablement de câlins) avec ma famille, habillé en mou, collé dans le salon.

St-Valentin

* * *

Sauf qu’hier, les enfants se sont réveillés fatigués. On a passé la veille chez la belle-famille et nous nous sommes tous couchés plus tard que d’habitude. Résultat? Il y avait de l’impatience dans l’air et un rien les faisait pleurer. Chicanes, prise de bec, fatigue… un beau cocktail qui a donné quelques orages dans la maisonnée. Disons que le timing pour notre rituel de la St-Valentin était un brin « off » !

En discutant avec le mari, nous avons convenu de repousser d’une journée le tout, car ce n’était pas une ambiance agréable pour personne puis la fatigue des enfants effanait leur capacité à réfléchir comme du monde. Évidemment notre décision n’a pas fait l’unanimité (lire ici un nouvel orage) et c’est à ce moment que j’ai fait un constat important.

* * *

Oui, j’aime célébrer la St-Valentin le 14 février. Non pas pour acheter / recevoir des trucs, mais pour souligner l’amour. Nous n’achetons pas de cadeaux ni de cartes à cette fête, plus maintenant. On s’en tient à notre tradition familiale et avec mon amoureux, on se fait un petit « date ». Parce que le 14 février est pour moi un rappel, un p’tit « reminder », c’est comme un post-it qui apparaît sur mon front pour me rappeler et me ramener à l’essentiel : l’amour. Qu’on souligne le tout le 10, le 12, le 14 ou le 16… dans le fond, ça importe peu. L’important c’est de prendre un moment pour le vivre, le partager avec notre monde, se rappeler la base de qui nous sommes.

Pour mon dire, si dans le calendrier on retrouve une journée nationale du bacon, on peut bien avoir une journée internationale pour célébrer et souligner l’amour, non?

Puis si notre journée ne se passe pas comme prévu ou c’est un jour de semaine ou nous sommes malades ou nous travaillons ou insérer ici ce que vous voulez… bien ce n’est pas la fin du monde. On choisit une nouvelle date. Parce qu’après tout, l’amour, à mon avis, pourrait très bien être célébré 365 jours par année.

C'est ça la vie de parent... s'adapter à la réalité du moment, même si ça change nos plans de A à Z. ;-) Prise 2 ce soir.

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter