Parce qu'on a toujours le choix

Avant mon départ pour Rio, j’ai vécu un 72 heures intense et dans un billet très personnel, j’expliquais le pourquoi du comment et que dans le fond, peu importe notre situation, nous avons toujours le choix dans la façon dont nous réagissons.

Cette affirmation, je le crois de plus en plus. Oui, c’est important de vivre l’émotion du moment… que ce soit la tristesse, une déception, une frustration, même une grande joie. Toutefois, peu importe la réalité, on doit se recentrer et poursuivre notre route. Quand nous vivons une étape difficile, c’est facile choisir la voie de la pitié, du découragement ou du « pourquoi moi? ».

Dans mon cas, je me donne la carte du 24 heures. Oui. J’ai 24 heures pour faire le vide, pleurer toutes les larmes de mon coeur. Ensuite on passe en mode réflexion / action / réconciliation / insérer ici le verbe que vous souhaitez. Car la vie est courte, parfois même très éphémère pour certains.

Mon amie vit présentement une réalité qui est loin d’être évidente. Certains la définiraient comme étant injuste, d’une grande tristesse ou même affreuse. Mère de deux jeunes enfants (2 et 7 ans), son conjoint (le papa) est malade. Dans le genre qu’on se bat pour vivre le plus longtemps possible et non survivre.

Je n’entrerai pas dans les détails - ce n’est pas mon histoire à raconter mais je tiens à mettre une lumière, une belle, sur l’attitude extraordinaire de mon amie. Je la vois aller et mon cœur déborde d’amour, d’empathie et du facteur wow. Wow car malgré sa situation, elle choisit de vivre chaque jour pleinement, de ne pas s’apitoyer sur son sort, de vivre le moment présent, de travailler sa personne, de planifier du mieux qu’elle peut son futur incertain et je pourrais continuer tellement la liste de choses qu’elle fait est longue et la façon dont elle gère le tout est incroyable.

Malheureusement, même si on le pense à l’occasion, le gazon n’est jamais plus vert chez le voisin. Chaque personne, chaque famille doit vivre avec les surprises (pas toujours roses) de la vie.

Ma copine me rappelle qu’on a toujours le choix, même dans des circonstances où nous pourrions facilement comprendre la décision d’une personne d’être triste ou découragée.

La façon dont on choisit d’agir a aussi une répercussion directe sur les autres membres de la famille ou personnes qui sont touchées de près ou de loin par la situation en question.

Quand je pense à leur belle famille, je vois un jardin. Un qui est en fleur et qui continue de fleurir même si l’été est déjà derrière nous.

C’est si beau à voir. C’est une leçon pour nous tous.

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter