Oser… oser.

On m’entend souvent parler d’oser, c’est un mot qui revient souvent dans mon vocabulaire, car il fait réellement partie de ma vie, et ce depuis plusieurs années.

Aujourd’hui, j’ose encore : avec les gestes posés dernièrement, en écrivant ce texte. Une fois de plus je sors de ma zone de confort. Je dois toutefois vous avouer que j’ai pleuré solide ce matin, à partir du moment où j’ai su que je ne pouvais plus reculer. Des larmes d’espoir, de soulagement et aussi d’anxiété.

Ça fait plusieurs années que je travaille sur un projet TRÈS personnel, la rédaction d’un livre. Un récit où je vous parle de mon enfance, de mon adolescence, de moments marquants, de personnes importantes dans mon parcours jusqu’à la création de Je suis une maman. Ce fut un processus long parce que j’avais peur. Chaque fois que j’écrivais, je doutais. J’arrêtais. Je me donnais un bon coup de pied vous savez où et je poursuivais. Voilà qu’il est (enfin) presque terminé. J’emploie le mot presque, car j’ai quelques petites modifications à faire avant les dernières étapes : révision, mise en page, impression.

C’est tout de même un projet de grande envergure pour la jeune entrepreneure que je suis, avec un investissement important de temps et d’argent. Mais dans mon for intérieur, je sais que je dois le compléter. Voilà pourquoi j’ai fait équipe avec La Ruche pour une campagne de financement participatif afin de mener le tout à terme.

Bon, ça y est, je pleure à nouveau. Ahhhhh Jaime.

Je constate en vous écrivant ces lignes tout le chemin parcouru et malgré la petite frayeur qui m’habite (tsé, le jugement des autres, le syndrome de l’imposteur-auteure, etc.), je suis convaincue que c’est la bonne chose à faire. Oser… oser. Oser demander de l’aide.

J’ai l’impression de marcher dans un tunnel un peu sombre où je dois surmonter des peurs, me faire plus confiance et au loin, je vois une belle lumière. Je m’y approche, lentement mais sûrement et au fil des semaines, le rayon lumineux est de plus en plus présent et ça m’apaise et m’énergise pour continuer.

Ce processus d’écriture m’a amenée à faire la paix avec le passé, d’apprécier davantage le moment présent et d’être remplie d’espoir pour le futur.

Si vous avez envie d’en apprendre plus sur mon récit à venir et de m’encourager afin d’atteindre la ligne d’arrivée de ce marathon incroyable, tous les détails se trouvent ici

Pour ma part, je prends une grande respiration. Je me fais confiance et je retourne à mon clavier.

Oser… oser.  Oser… demander.  Oser… partager. Oser… avancer.
J’ai réussi. #gratitude

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter
Suivez-moi sur Instagram