Nostalgie: Mes grands-parents, le Zellers et moi

Est-ce que ça vous est déjà arrivé d’entendre une chanson et d’instantanément revivre un moment de votre passé ou d’avoir une pensée pour quelqu’un ?  Ou de passer en voiture devant votre école primaire et de vivre un moment de nostalgie ou de vous rappeler des souvenirs reliés à ce moment de votre vie ?  Moi oui. Souvent.

J’ai l’impression qu’avec le temps, je m’attache à des endroits, des chansons, des vêtements, etc. qui me rappellent des souvenirs, des personnes… bref, des petits moments de mon passé.

En fin de semaine, j’ai vécu un moment de grande tristesse. Pour mieux vous expliquer le tout, retournons quelques années en arrière.

J’ai grandi dans un tout petit village près de Magog et Sherbrooke, Ayer’s Cliff. Outre deux écoles primaires, deux épiceries, un parc, un salon de quilles, un salon de coiffure et un dépanneur, il n’y avait pas grand-chose à faire. Disons que j’ai beaucoup joué dehors et dans ma chambre durant ma jeunesse. 

Par contre, j’étais très proche des parents de ma mère. Petite, je pouvais facilement les voir tous les jours ou au deux jours. Ça me prenait 15 minutes à pied ou 4 en vélo pour me rendre à leur maison. Durant la semaine, on soupait habituellement une fois avec eux. Ma grand-mère était une 2e maman pour moi.

Mes grands-parents étaient de grands magasineux. En fait, pour être tout à fait honnête, ma grand-mère adorait magasiner et mon grand-père, lui, aimait prendre un café dans un resto et placoter avec les gens. Leur endroit préféré pour sortir était le Zellers à Magog.

J’aimais tellement ça partir avec eux pour une petite virée à Magog pour aller au Zellers. Je n’ai que des beaux souvenirs. Nos escapades se terminaient toujours par un pouding chômeur avec beaucoup de crème fouettée au resto du magasin. C’était un incontournable.

Mon grand-père est décédé il y a quelques années à 96 ans. Ma grand-mère est toujours en vie, mais souffre malheureusement de l’Alzheimer, donc ça fait un certain temps que nous nous sommes retrouvés tous les trois dans ce petit resto. Néanmoins, à chaque fois que je passe devant le Zellers à Magog, je ressens un sentiment de réconfort, car ça me fait penser à eux et à quelques-uns de nos beaux moments passés ensemble.

Donc, retour en 2013… ma mère m’a dit samedi qu’elle était allée faire des commissions à Magog, plus précisément au Zellers et qu’ils sont en train de tout détruire, car le magasin va bientôt fermer ses portes. La grande chaine Target s’installera au Québec. Ils ont acheté les Zellers et fermeront complètement certains magasins, dont celui de Magog. Et là, spontanément, j’ai dit à ma mère que je devais absolument y retourner une dernière fois pour m’assoir dans le restaurant et que je voulais y aller avec les enfants pour leur montrer la routine que j’avais avec mes grands-parents.

Et là, coup de tristesse… ma mère m’annonça qu’ils ont déjà détruit le restaurant. Je vous le dis, j’ai eu les yeux tout pleins d’eau. C’est comme si on m’avait enlevé quelque chose d’important pour moi. Dans ma petite tête, je tenais cet endroit un peu pour acquis. Je me suis dit que ce serait toujours là. Ça me faisait du bien passer devant le magasin. Vraiment.

Je voulais partager cette tranche de vie qui d’un côté m’a fait sourire, car ça m’a rappelé de beaux souvenirs et d’un autre qui m’a fait vivre en quelque sorte un deuil (oui, j’ai pleuré en écrivant ce billet).

Je réalise que c’est banal comme tranche de vie, mais ça m’a rappelé l’importance de ne rien tenir pour acquis. Et aussi, d’essayer de moins remettre les choses importantes qui nous tiennent à cœur au lendemain.

Avez-vous déjà vécu cela ?  Une place qui vous rappelait quelque chose n’y était soudainement plus ?  Comment avez-vous réagi ?  Au plaisir de vous lire…

Moi et mon grand-papa...

Moi et mon grand-papa...