Leçon du jour : ne rien prendre pour acquis (avec des enfants)

Un peu d’historique

Chaque semaine, Fiston a son cours de piano à la même heure après l’école. Tout juste à la fin des classes. J’aime beaucoup cette plage car je peux aller le chercher après son cours et ça m’évite des allers-retours. Cette année, puisque Fiston est en 6e année et que je souhaite le responsabiliser davantage, l’entente que nous avons est la suivante : à la fin de son cours, il quitte l’école à pied et nous nous rejoignons à mi-chemin sur notre trajet maison – école.

Parfois, c’est moi qui va rejoindre Fiston, d’autres fois, c’est sa grande sœur.

Cette semaine

Habituellement, je rappelle le plan de match à mon garçon le matin de son cours mais cette semaine, je me suis dit dans ma tête : « Voyons Jaime, il sait quoi faire, arrêtes d’être mère poule. » Alors, je n’ai rien dit.

En voyant qu’il était 16 h 30, je quitte la maison à pied, direction l’école. Étant donné que je suis un peu trop accro à mon cellulaire, j’ai choisi de le laisser à la maison. Projet Détox 101. De petits pas.

Habituellement, Fiston et moi arrivons en même temps et nous nous retrouvons quasiment au même endroit chaque semaine. Étrangement, il n’était pas là. J’ai continué ma route vers l’école. Au loin, j’essayais de l’apercevoir mais rien. Mon cœur commençait à paniquer. Il palpitait même assez fort. Mais où était-il ?

Arrivée à l’école et je ne le trouvais toujours pas.

J’ai cogné au local où se déroulait son cours. Son enseignant m’a dit qu’il était parti il y a déjà 7-8 minutes. Mais voyons? Je ne l’ai pas croisé. Ma tête devenait légère.

Sans trop y penser, je suis allée voir s’il était dans sa classe ou du moins avec son professeur. Son enseignante ne l’avait pas vu. C’est à ce moment que je lui ai demandé son cellulaire. J’ai appelé ma mère pour voir s’il était arrêté chez elle. Non. Ensuite, j’ai avisé mon mari de la situation et j’ai demandé au prof de Fiston de m’accompagner chez moi afin que je vérifie s’il est de retour ou non. Les minutes passaient et je commençais à penser au pire.

De retour chez moi, toujours aucun signe de Fiston. C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’appeler le 9-1-1. Je tremblais. Le titulaire de mon garçon est EXTRAORDINAIRE et a eu l’idée de vérifier chez un ami. En se dirigeant vers la maison de l’enfant en question, au loin, j’ai vu une tuque verte fluo. Instantanément, je me suis mise à pleurer sans arrêt, comme un bébé. J’ai alors remercié l’agent au 9-1-1 et avisé ma mère et mon chum que nous l’avions trouvé.

25 minutes s’étaient écoulées. Ça m’a paru une éternité.

Fiston m’a alors expliqué qu’il avait vu son ami dehors chez lui et il est allé chez eux pour jouer. Il a tenté de nous rejoindre par téléphone, Pierre et moi, mais comme il n'avait pas réussi à nous joindre ni un ni l'autre, il a décidé de prendre le chemin du retour vers la maison.

Pouvais-je être fâchée contre lui ?

Pas vraiment. Même si je n’aime pas le fait qu’il ait été chez un ami, il a quand même « bien » réagi en revenant à la maison aussitôt qu'il s'est aperçu qu'il n'arrivait pas à nous joindre. 

Toutefois, on lui a rappelé qu’il ne peut pas changer un procédé sans nous en parler avant. Sa décision, même si bien intentionnée, avait causé des ennuis et inquiétudes pour plusieurs.

Je n’étais pas fâchée contre lui mais plutôt contre moi. J’ai pris pour acquis qu’il allait revenir à la maison comme à l’habitude. Je n’avais pas fait le point avec lui comme je le fais chaque semaine.

Leçon du moment

Il ne faut jamais rien prendre pour acquis avec un enfant. On va se le dire, ils peuvent oublier rapidement une règle. Je crois qu’il faut continuellement rappeler les consignes (pas chaque minute mais régulièrement) afin d’éviter toute confusion ou situation comme j’ai vécu cette semaine.

Je me suis aussi pardonnée, car je croyais bien faire en décidant de ne pas lui rappeler le plan de match. En fait, j’ai constaté qu’il n’était juste pas prêt à ça. Rien contre lui et moi, juste un constat par rapport à où il en est rendu.

Ce soir là, j'étais VIDÉE émotionnellement, tellement que je me suis couchée à 20h00. Ah la vie de parent, elle n'est jamais plate, n'est-ce pas ?!

Avez-vous déjà vécu une situation semblable ?

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter