Ma vie de travailleuse autonome

Ça fait maintenant plus de 10 ans que je suis travailleuse autonome et je crois sincèrement avoir beaucoup appris au cours des années. À mon avis, c’est un apprentissage continu et je crois que ce sera toujours ainsi. D’ailleurs, j’ai dû modifier quelques procédés en début d’année car j’ai réalisé que ce n’était plus une façon optimale de procéder. Pour moi, je pense que c’est normal ainsi car mon but est de bâtir quelque chose de solide, qui va perdurer et qui sait, peut-être même créer une entreprise (hé oui, moi et mes rêves).

Crédit photo : Sébastien Bouchard Photographe

Crédit photo : Sébastien Bouchard Photographe

Le beau

J’ai le bonheur d’être ma propre boss. J’ai l’opportunité de travailler majoritairement de la maison. J’ai fait ce choix car un des buts en étant travailleuse à mon compte est d’être là pour mes enfants. Mes enfants ont presque toujours dîné à la maison. Les journées pédagogiques sont passées avec moi. Quand ils sont malades, ont un rendez-vous, une activité où des parents bénévoles sont requis… bien j’y suis et j’arrange mon horaire en conséquence. C’est un choix que j’assume pleinement. Je pourrais continuer car il y a de nombreux bienfaits.

Le moins beau

Je travaille beaucoup. Être en démarrage, bâtir quelque chose nécessite une grande détermination et du temps, pour foncer, oser, aller plus loin. Étant donné que je désire vivre de ce travail, il y a eu des moments où les congés se faisaient rares. Le choix d’être là pour les enfants + bâtir JSUM en plus de mes autres contrats + la vie de famille + le couple + la maison, etc. C’est loin d’être toujours évident. Apprendre à vivre sans paie à toutes les deux semaines fut également un apprentissage où j’ai dû me réorganiser afin de bien vivre cette nouvelle réalité de la pige.

Mes trucs

  • Être organisée financièrement : je m’assure de bien compléter mes rapports TPS / TVQ à temps, j'ai une boite où je dépose toutes mes factures, j’ai un compte où je dépose 40 % des revenus pour parier mes paiements, mes acomptes provisionnels, mes taxes, etc.
     
  • Je reste à l’affût des gratuités qui peuvent m’aider et faire économiser quelques sous: que ce soit d’utiliser un logiciel gratuit comme ImpôtRapide ou un gestionnaire de factures comme Freshbooks (c’est celui que j’utilise)
     
  • Je fais des listes afin de ne rien oublier et j’organise mon temps pour être le plus efficace possible. Par exemple, j’essaie de faire la comptabilité seulement une fois par mois. Je sors faire des courses, passer à la banque une fois par semaine. Je regroupe mes activités pour être efficace.
     
  • Je m’accorde et je planifie du temps pour moi. Que ce soit trente minutes de marche ou un spécial devant Netflix ou un take out du resto pour le lunch, ces petits moments viennent agrémenter mes journées souvent passées seule à la maison.

À ce jour, je ne regrette aucunement mon choix de travailleuse autonome. Ce fut l’une des meilleures décisions prises pour moi et ma famille!

*Ce texte est présenté en collaboration avec ImpôtRapide. #Collabo

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter