Les Tablettistes

Retour sur une conférence sur l’éducation qui m’a fait bien réfléchir.

Dernièrement, je me suis rendue à Toronto pour assister à la conférence Les Tablettistes organisée par TFO; une destination pour les personnes à la recherche de contenus éducatifs et culturels en français. Elle en était à sa 3e édition. Cette année, la thématique était futuriste. Les producteurs/distributeurs de contenu, les futurologues et les éducateurs se sont rassemblés afin d’échanger et débattre sur les défis de l’apprentissage au 21e siècle et comment la technologie fait de plus en plus partie de l’éducation des jeunes d’aujourd’hui.

*Crédit photos : TFO

En ouverture de la journée, TFO a posé cette question à plusieurs enfants :

« Comment sera l’école dans 100 ans? »

Ah! Les réponses étaient croustillantes! Un jeune expliquait que ce serait très facile de faire des recherches puisque chaque personne aurait son téléphone. Il faudrait seulement le sortir et faire la recherche désirée. Un autre ricanait, car il disait que les professeurs seraient des robots et que ceux-ci pourraient briser de temps en temps.

Je dois avouer que certaines discussions m’ont beaucoup interpelée comme celle intitulée « Apprendre en s’amusant : un enjeu sérieux ». Avant cette table ronde, j’étais 100 % contre les jeux vidéos. Cela dit, après avoir entendu les commentaires et arguments du panel, mon idée a changé. Je ne suis pas devenue pro jeu, mais j’en comprends mieux les bienfaits. Un des panellistes, Stéphane Bouchard de la chaire de recherche du Canada en cyberpsychologie en Outaouais, expliquait que des stratégies pédagogiques peuvent être amenées via le jeu. Pour certains jeunes, c’est une façon de les garder intéressés à l’école, sinon nous pouvons les perdre à tout jamais. Selon lui, on place les bons ingrédients afin que les jeunes apprennent. Ce ne sont pas des jeux pour simplement jouer, mais pour apprendre. En tant que parent, la question que je me pose à la suite à cette discussion est : avec tous les jeux offerts sur le marché, comment savoir lesquels sont « bons » pour nos enfants? À mijoter…

Bref, ce fut une journée qui m’a amenée à faire toutes sortes de réflexions sur l’éducation et la technologie. Avec la propagation de cette dernière, je crois que les échanges sur le sujet ne font que commencer. À mon avis, c’est une nécessité et ce n’est pas un sujet à prendre à la légère. Les temps changent, tout comme la façon dont on s’y prend pour éduquer les futures générations qui mèneront le pays.

Chapeau à TFO pour avoir organisé une telle journée ( et merci de l'invitation pour couvrir l'événement). Le contenu était top et l'endroit parfait (Glendon College à Toronto). Hâte de voir ce qu’ils nous réserveront l’an prochain.

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter