Le saviez-vous ?

Cette semaine, je partage avec vous une tranche de ma vie... une qui date de plusieurs années.  Je pense que c’est de l’information importante et qui sait, elle pourrait vous être utile un jour! Pour bien comprendre, je vous invite à lire les prochaines lignes.

Retournons en arrière quelques années...

Cet hiver, ma fille a eu la scarlatine. Au début du mois de mai, elle est tombée malade. En consultant le docteur, nous avons appris qu’elle avait un streptocoque.  

Il y a quelques semaines, mes deux enfants ont attrapé un virus alors je suis allée consulter mon pédiatre pour qu’il les examine. C’était faire d’une pierre deux coups, car comme il prend sa retraite, j’en ai profité pour qu’il les examine une dernière fois. Je lui ai raconté tout ce qui s’est passé depuis le mois de février. Il m’a dit de surveiller ma fille puis si elle refaisait un autre épisode de scarlatine/streptocoque d’ici le mois de juillet qu’il serait peut-être bien de faire tester toute la famille pour le streptocoque. Je ne comprenais pas trop. Il m’a alors expliqué qu’une personne peut être « porteuse » de la bactérie sans pour autant développer des symptômes. Par contre, en étant en contact avec cette personne (boire dans le même verre, échanger les ustensiles, donner des becs sur la bouche, partager un popsicle, etc.) on peut être contaminé par la bactérie. J’étais bien contente qu’il me parle de cela, car pour être franche, je n’y aurais jamais pensé!

La vie est revenue à la normale, tout le monde est en santé. J’ai mis sur ma liste de tâches de prendre un rendez-vous pour nous faire tester. Mais le temps a filé et le projet, remis à plus tard. Après la visite avec le pédiatre, je m’étais dit qu’il serait inutile d’attendre que ma fille retombe malade, que j’aimais mieux faire le test. Peut-être que quelqu’un était porteur dans ma maison, qui sait?

Il y a 10 jours, mon conjoint est tombé malade. Il est allé consulter et devinez quoi : un streptocoque! Alors là, j’ai décidé qu’on allait se faire tester. Avant même que j’aie la chance de prendre un rendez-vous, je suis tombée malade à mon tour. Je me suis rendue à la clinique et mon conjoint a amené les enfants aussi. C’était clair que j’avais une infection. Je n’ai jamais eu autant mal à la gorge de ma vie. Même boire de l’eau était une torture. On m’a fait une culture de la gorge et j’ai demandé qu’on en fasse une également à mon fils juste pour soulager mon esprit. Après tout, j’étais convaincue que mon petit garçon n’était pas « la cause » de notre malchance avec les infections. 

Hier soir, la clinique m’a appelée pour me confirmer qu’en effet, j’avais une infection. Une pharyngite/amygdalite, la belle-sœur du streptocoque. J’en ai profité pour demander ce qu’il en était pour mon fils. À ma grande surprise, la dame me dit que mon fils a obtenu un résultat positif pour le streptocoque et qu’elle allait faxer la prescription pour des antibiotiques à notre pharmacie. Je n’y croyais pas. Mon fils, qui est en pleine santé, qui « pète » le feu, qui n’est jamais malade ou presque, qui a ZÉRO symptôme d’infection est donc porteur malgré tout! C’est fort probable que ce soit mon petit Philippo qui nous a tous transmis cette belle bactérie. Ah la la! 

Mais là, il est sous antibiotiques et dès demain, il ne sera plus « contagieux ». Avec la période estivale qui est arrivée et les vacances qui approchent, je suis contente d’avoir reçu l’information et d’avoir fait ce qu’il fallait. Imaginez si on n’avait pas fait tester notre fils! On aurait pu retomber malade à nouveau ou il aurait pu le donner à des amis de mon milieu de garde (je suis tellement soulagée qu’aucun des enfants de mon milieu n’ait eu le streptocoque cet hiver). Il aurait passé la journée avec les amis aujourd’hui, ce soir, il serait venu souper chez des amis qui ont un nouveau-né, il serait venu au chalet ce weekend avec une autre famille dont la mère est enceinte. Bref, la vie aurait continué et il aurait pu transmettre cette bactérie à beaucoup d’autres!

Malgré le fait que les maladies se soient succédé chez nous dernièrement, je sens que nous pourrons enfin tourner la page et entamer un nouveau chapitre.

Je tenais à partager cette tranche de vie, car qui sait, ça pourrait très bien arriver chez vous ou chez quelqu’un que vous connaissez! À mon avis, si on est prévenu, si on sait que ceci existe, il y a de meilleures chances que vous vous en rendiez compte au début du chapitre et non à la fin lorsque tout le monde aura eu son tour à être malade.

Alors, ne vous gênez pas pour demander des cultures si vous croyez que vous avez un porteur dans la famille. Et faites tester tout le monde, même les plus petits. Dans notre cas, c’était notre petit de 5 ans qui l’était. Ça peut vraiment être n’importe qui.

Alors voilà, ceci termine ma découverte de la semaine!

Un vieux texte que j'ai trouvé mais qui peut encore être d'actualité aujourd'hui. Avez-vous déjà vécu cela ?