Le retour à l'heure normale pourrait affecter votre vision

Avant d'avoir des enfants, je dois vous avouer que côté rendez-vous pour une consultation avec l'optométriste ou le dentiste... je n'étais pas très assidûe. Et lorsque j'entendais des faits ou des statistiques, je n'y portais pas trop d'importance.

Or,  j'ai reçu ce communiqué, la semaine dernière, sur l'importance des rendez-vous annuels chez l'optométriste et que le retour à l'heure normale pourrait affecter notre vision et j'ai été interpellée.

Je n'ai jamais aimé conduire lorsqu'il fait noir, surtout quand les enfants sont dans la voiture avec moi. J'ai l'impression de m'épuiser quand c'est la noirceur à l'extérieur. Et pourtant, j'adore conduire et ce, même sur de longues distances.

J'ai en ai donc profité pour poser des questions sur ce phénomène à Dre Diane Bergeron, optométriste et porte-parole de l'Association des optométristes du Québec.

Voici ces réponses...

  1. Le retour à l’heure normale signifie que nous passerons plus de temps dans l’obscurité. En quoi cette condition peut-elle affecter notre vision ?

    Le retour à l’heure normale oblige les yeux à fonctionner plus longtemps en mode de vision nocturne. Les images perçues sont souvent plus floues et embrouillées et demandent une plus grande adaptation du système visuel.

  2. Est-ce qu’il arrive que certaines personnes portent des lunettes ou des lentilles seulement pour atténuer les halos et donc seulement le soir ?

    Les halos le soir peuvent être causées par des aberrations optiques  dues à l’augmentation du diamètre pupillaire, l’embrouillement peut  aussi être causé par de petites erreurs de réfraction non-corrigée, ces légères prescriptions ne nuisent pas durant le jour mais sont exacerbé.


  3. Est-ce que le fait de vivre plus souvent dans l’obscurité peut finir par aggraver ma vision ?

    Même si les yeux doivent faire plus d’effort pour s’adapter en vision   nocturne, le fait d’être plus souvent à l’obscurité ne change pas la    force ou la prescription des yeux mais cause seulement une fatigue      plus grande du système visuel.

  4. Est-ce que nos yeux «travaillent» plus fort quand on est dans l’obscurité?

    Les yeux ne travaillent pas nécessairement plus fort la nuit, mais travaillent différemment. La plus grande fatigue est celle engendrée par le passage fréquent de la vision diurne (lumière) à la vision nocturne (obscurité). Par exemple en écoutant la télé dans la noirceur, l’œil doit s’adapter en condition diurne pour la télévision mais doit changer en condition nocturne dès qu’il regarde ailleurs ce qui épuise rapidement le système visuel.

  5. Qu’est-ce qu’on peut faire pour nous aider avec les halos et les éblouissements dû à l’obscurité ?

    Pour réduire l’inconfort, il est sage de diminuer les sources de diffraction de la lumière, soit de garder les pare-brise propres et de ne pas porter des verres égratignés. Lorsque l’on porte des lunettes le revêtement antireflet de première qualité est essentielle et il faut s’assurer que les lentilles des lunettes corrigent au maximum les aberrations en portant par exemple  des lentilles asphériques.

  6. Et pour les enfants, est-ce que cette plus grande exposition à la noirceur peut affecter leur vision ?

    Pour les enfants, le risque de devenir myope n’est pas plus grand mais comme le système se fatigue plus vite dans l’obscurité il faut faire attention aux activités visuellement exigeantes et s’assurer d’avoir des conditions lumineuses ne causant pas trop de contraste; par exemple, jouer avec son iPod le soir dans son lit à l’obscurité n’est pas l’idée du siècle…

  7. Que recommandez-vous de faire quand cette période de l’année arrive?

    Lors du retour à l’heure normale, il est temps de penser à son examen optométrique annuel afin de s’assurer que vos yeux sont bien corrigés pour éviter toute source d’embrouillement et surtout pour en vérifier l’état de santé, un début de cataracte causera autant d’éblouissement et de diffraction qu’un pare-brise couvert d’une armée de moustiques écrasés.

  8. Vous recommandez un examen de la vue pour les enfants à quelle fréquence ?

              Les yeux des enfants devraient être examinés dès l’âge de 6 mois, vers l’âge de 3 ans,     à  l’entrée à la maternelle et par la suite à tous les ans au moins durant toute la période de vie scolaire.       

Pour d'autres informations visitez le site de l'Association des optométristes du Québec ou encore parlez à votre optométriste.

driving night.jpg