Le don d’organes : ma réflexion inspirée d’une histoire touchante

En toute honnêteté, je n’ai beaucoup réfléchi aux dons d’organes. Par contre, la semaine dernière, j’ai vu un reportage sur une histoire vécue qui m’a profondément touchée. J’ai voulu en apprendre plus sur le don d’organes chez nous.

Selon Transplant Québec, en 2012, au Québec, 1250 personnes attendaient une transplantation tandis que 364 patients ont reçu un don. Le nombre de donneurs au Québec ? 120. Toujours en 2012, 69 individus en sont décédés puisque l’attente fut trop longue. Ces chiffres m’ont laissée perplexe. Je constate que la demande est gigantesquement plus grande que l’offre.

En faisant des recherches sur Internet, je suis tombée sur l’histoire de Taylor Storch, cette jeune fille du Colorado décédée à la suite d’un accident de ski. Ces parents ont fait don de ses organes et Patricia Winters, une mère très malade, a été le receveur.

Selon les lois aux États-Unis, c’est interdit aux familles d’apprendre des informations sur les receveurs et vice versa. Toutefois, grâce aux réseaux sociaux, les deux familles se sont retrouvées. Les deux mères ont commencé à se parler, s’envoyer des messages textes et finalement, elles se sont rencontrées.

Bien évidemment, rencontrer ou non les receveurs d’un don est un choix très personnel. Leur rencontre fut touchante. D’un côté, j’avais de la peine pour la mère qui avait perdu sa fille. De l’autre, j’éprouvais de la joie pour celle qui pourrait dorénavant être une mère pour ses enfants. La mère en deuil a même pris un moment pour écouter le cœur de sa fille. Je n’ai pu m’empêcher de pleurer. Quel moment pour les deux femmes !

Voici le reportage (en anglais) à Good Morning America :

Bref, une histoire qui m’a fait réfléchir et qui m’a fait réaliser à quel point ça peut changer et sauver des vies.

Vous, qu’en pensez-vous ? 

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter