Le dépassement de soi

Chaque année, dans le cadre du cours d’éducation physique à l’école de mes enfants, chaque niveau scolaire fait une randonnée. Chaque année, le niveau de difficulté s’intensifie, car l’objectif ultime est une excursion de 3 jours au mont Lafayette pour les finissants de l’école.

Lafayette me fait peur 

Je ne suis pas une fille très sportive. Je m’entraine quelques fois par semaine, j’adore suer ma vie à mes cours de Zumba et j’aime faire des marches pour garder la forme. Cela dit, je ne suis pas une marathonienne et la dernière fois que j’ai monté une montagne, c’était probablement au secondaire.

Étant donné que le voyage au Mont Lafayette est d’une durée de trois jours, avec mon conjoint, nous avons convenu ensemble que j’irai avec poulette, et lui ira avec fiston. De ce que nous avons entendu, c’est un voyage de fin d’année qui change une vie autant pour les parents que les enfants, et il faut vivre l’expérience au moins une fois.

Faire une randonnée de 10-12 heures me fait peur. Serai-je capable de tenir le coup ? Quand j’en parle, les gens autour de moi me trouvent bien drôle, car poulette est seulement en 4e année. Mais je leur rappelle que la 6e va arriver assez vite, et que pour une randonnée comme celle-là, bien il faut se préparer. Bon, je conviens que deux ans d’avance, c’est un peu exagéré, mais c’est le temps de me faire un plan de match ! Je veux être prête…

Sortie au mont Ham

Étant donné que je prévois le coup, la semaine dernière, je me suis portée volontaire pour accompagner les élèves de la 4e au mont Ham pour leur sortie de randonnée annuelle. De plus, étant donné que j’avais été très occupée dernièrement côté travail, j’étais contente de passer une journée au plein air avec ma poulette adorée. Honnêtement, je pensais que la montée serait facile et que tout se passerait bien.

Avez-vous déjà monté le mont Ham ?

J’appellerais plus la sortie : l’ascension du Mont Ham par l’entremise de l’escalade. Il y avait beaucoup d’escalade. Plusieurs roches à escalader. Beaucoup. Sérieusement, à quelques moments, je vivais des paniques internes et je me demandais si je serais capable d’y arriver. Des souvenirs d’enfance m’envahissaient. À quelques reprises, lors de sorties « physiques » au primaire, mes parents m’empêchaient d’y aller puisque j’avais une santé fragile. Ça m’enrageait tellement. Et là, je voyais les enfants de la 4e année souriants, travailler fort pour monter les marches et escalader les roches. Je me suis dit que j’étais capable moi aussi.

Lorsque je suis arrivée au sommet, la vue était spectaculaire. J’ai regardé poulette et j’étais très fière d’elle. Ma grande fille avait réussi. Je me suis regardée et j’étais très fière de moi. J’avais également réussi. Nous avons réussi ensemble.

J’ai passé une superbe journée avec ma fille. Je suis revenue à la maison épuisée physiquement, mais débordant d’énergie émotionnellement.

Mes AHA moments de la journée :

  • Ce n’est pas parce qu’on avait de la difficulté à faire quelque chose dans le passé que ce sera toujours le cas. Il faut réessayer. Je me souviens petite, ma mère me disait : « If you don’t succeed, try, try again. »
  • Même si la vie va vite, même si je suis méga occupée au travail, je ne dois pas oublier mes priorités et ce qui vient en haut de la liste : ma famille. Cette journée passée avec poulette fut extra.
  • Il n’y a pas d’âge pour le dépassement de soi. Qu’on soit enfant, adolescent ou adulte… on peut toujours foncer et se dépasser. 

Mont Ham : check !
Mont Lafayette : j’arrive !