La suite de mon angoisse

Comme j’expliquais dans mon blogue la semaine dernière, j’avais rendez-vous avec ma fille au CHUS pour une désensibilisation aux pacanes. Les jours précédant notre rendez-vous, je sentais le stress monter. Tout s’est bien déroulé et la désensibilisation aux pacanes fut une réussite.

J’ouvre une mini parenthèse pour expliquer un peu plus en détail le processus. Bon, je ne suis pas médecin mais je vais tenter de vous l'expliquer du mieux que je peux / de la manière que j'ai compris le tout. :-))) Grâce à une prise de sang, nous pouvons connaître le nombre d’anticorps pour un aliment donné. Lorsque le chiffre se situe au-dessus de 0,35 — nous pouvons alors confirmer que la personne est allergique. Par contre, le chiffre peut être positif sans réaction allergique; la personne a seulement des anticorps positifs dans son système. Par exemple, en ce qui concerne les arachides, ma fille a un chiffre de 100 et + (100 étant le chiffre maximum) il est donc évident qu’elle est sévèrement allergique. Pour les pacanes, elle avait un chiffre de 0,95. Mon allergologue m’expliquait que nous pouvons faire des tests de désensibilisation lorsque le chiffre est en dessous de 2.

Elle a d’abord débuté avec un test cutané. Celui-ci fut négatif. Ensuite, toutes les 15 minutes, ma poulette mangeait des pacanes et ils augmentaient la dose de fois en fois. Évidemment, entre chaque dose, il prenait tous les signes vitaux et l’auscultait pour éviter les anomalies. 

Après le succès à l’hôpital, notre devoir familial était de faire manger des pacanes venant d’écailles à notre fille toutes les semaines. Si après 10 semaines, il n’y avait pas de réaction, nous pourrions conclure qu’elle est officiellement non allergique. En revenant de l’hôpital, je suis passée par l’épicerie acheter des pacanes (en écales). Le lendemain, j’ai trouvé une recette pour une tarte et je me suis mise à écaler les noix. Évidemment, mon cœur de maman battait fort. C’était la première fois qu’elle mangerait des noix à la maison. Pendant que j’écaillais les pacanes, poulette m’a demandé si elle pouvait en manger. Concentré sur ce que je faisais, je lui ai répondu oui d’un ton jovial sans faire de cas. Subtilement, j’ai regardé l’horloge pour minuter 15 minutes. Les quinze minutes passèrent, j’étais soulagée.

Lorsque nous avons mangé une pointe de tarte, j’ai refait le même exercice, soit celui des quinze minutes. Une autre réussite. J’ai finalement accepté notre nouvelle réalité avec un beau gros sourire au visage. Ma fille peut manger des pacanes.

1011988_10151801606767275_515786637_n.jpg

Une petite victoire pour elle et pour nous côté allergies. Une petite victoire qui nous mènera certainement loin, car elle est maintenant sur la liste d’attente pour une 2e désensibilisation. Puis à la maison, je peux maintenant cuisiner avec des pacanes. Les possibilités sont infinies. C’est parti mon kiki !