La semaine où j’ai pleuré au moins dix fois et crié comme une folle

Il m’arrive quelques fois par année d’avoir des semaines où je suis méga, ultra émotive. Avec le temps, je constate que ces semaines sont également celles qui précédent mes règles. J’ai vraiment l’impression de n’avoir aucun contrôle sur ma personne. Un rien me choque, une niaiserie me fait pleurer et, sur le plan alimentation – oubliez ça, j’ai une rage de sucre constante. 

Sérieusement, je ne me reconnais plus. Habituellement, je suis une personne hyper raisonnable. Par exemple, la semaine, j’ai pris la décision de ne pas manger de dessert et de couper le sucre. Je me réserve ces gâteries pour la fin de semaine. Mais l'autre semaine, j’étais incapable de résister. Même que je me suis traitée moi-même de folle d’avoir instauré ce règlement. Imaginez, je m’auto-insultais. Le mercredi, une connerie m’a fait exploser et je me suis mise à crier dans la maison comme une hystérique. Une chance que j’étais toute seule.

Je n’avais plus aucun contrôle sur moi-même. Je pensais que j’allais virer folle.
 


Le jeudi, en faisant des courses le matin, j’ai commencé à me sentir très faible. La tête me tournait et je n’étais plus capable de me concentrer. C’est à ce moment que je me suis dit : « Check ben Jaime, tu as tes règles. Voilà pourquoi tu étais complètement démesurée cette semaine. » Je vous le dis, soudainement, j’étais calme, zen et plus rien ne me dérangeait.

Arrivée à la maison, après vérification (!), j’avais bel et bien commencé mes règles.

Mon manque de contrôle pour le sucre revient habituellement tous les mois, ou je devrais dire toutes les trois semaines, car j’ai la joie d’avoir mes menstruations au 23-24-25 jours. Mais les pleurs et la colère surviennent environ une fois sur trois.

Pourquoi ça m’arrive ? J’aimerais vraiment ça comprendre. Est-ce que je peux faire quelque chose pour m’aider là-dedans ? J’ai de la difficulté à m’endurer moi-même, alors je peux simplement imaginer mon mari et mes enfants. Je suis au bout du rouleau. Je me sens aussi très seule.

C'est un sujet rarement abordé et j'aimerais qu'on en parle car je ne peux pas croire que je suis la seule à vivre des moments intenses.

Vivez-vous des SPM ? Avez-vous des trucs ? Conseils ? 

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter