À toi la maman qui ira inscrire son enfant à la maternelle

Cette semaine, j’ai reçu l’info parent de l’école à Fiston. Il est en 6e année. Quand je suis arrivée à la section « inscription pour la prochaine année », mon cœur a sauté un tour et je suis soudainement devenue émotive.

Fiston termine son primaire. Mon bébé. Fini, plus d'inscription à cette école.

Une autre étape tire à sa fin.

Je ne sais pas pourquoi, mais je me suis mise à penser, à reculer dans le temps et je me suis revue, un paquet de nerfs (!!!), à l’inscription de mon aînée. J’ai vu les années passer, à la vitesse d’un éclair et j’avais le goût de te parler à toi, la maman qui ira ou qui vient d’inscrire son enfant à la maternelle.

Peut-être que tu es zen et bien avec cette nouvelle réalité qui t’attend. Ton enfant et toi êtes prêts pour l’aventure scolaire qui débutera à la fin de l’été.

Il se peut que tu sois prête mais que ton enfant, lui, vive quelques insécurités face au changement imminent qui va se produire.

Ça se peut aussi que cette étape, soit d’inscrire ton enfant à l’école, soit une montagne à franchir pour toutes sortes de raisons et que tu es prise dans un tourbillon d’émotions.

Il y a des mamans qui sont probablement aussi dans le déni, qui procèdent aux étapes sans nécessairement les vivre.

Peu importe le bateau dans lequel tu navigues, je veux te dire que tu n’es pas seule. Il y a assurément un parent qui vit exactement la même chose que toi en ce moment.

Il ne faut pas se le cacher, l’entrée à l’école est une grande étape. Je crois sincèrement que c’est l’une des plus importantes de la petite enfance car en tant que parent, nous n’avons pas le choix de lâcher prise.

Ton enfant va changer dans la prochaine année (et celles qui vont suivre), il va devenir plus mature, se responsabiliser et voir le monde un peu différemment. Son professeur, ses amis, sa classe et son école deviendront fort probablement le centre de son univers. Si Mme Louise l’a dit… ça doit bien être vrai ! Le fameux pouvoir des professeurs ! ;-)

Ton cœur va fondre quand ton enfant va être content de te voir à la fin de la journée et qu’il aura plein de choses à te raconter.

Quand il sera l’ami du jour, ce sera assurément la plus belle journée de sa vie.

Le voir grandir, cheminer, apprendre… C’est tout un privilège pour le parent. Je me souviendrai toujours de la première fois que mes enfants ont lu, seuls, une carte de souhaits ou un livre de lecture. Quelle fierté pour eux et pour moi.

Et si tu as peur de perdre ta place, de ne plus être au courant, de manquer quelque chose, d’être « out », de te retrouver au bas de la liste.... Je te rassure, tu ne le seras pas.

Mes enfants ont 11 et 14 ans. Quand ils ont une nouvelle ou une histoire à raconter, nous sommes encore les premiers, leurs parents, à recevoir la primeur. Leurs yeux brillent comme dans le temps, quand ils étaient à la maternelle. Je suis loin d’être « out » dans leur vie. Pour la mère sensible que je suis, ça me réconforte beaucoup. Surtout que pour moi, une nouvelle étape m’attend également… Le secondaire.

Mon conseil du moment : soyez-là pour eux. Écoutez-les. Observez le non-verbal (car parfois ça nous révèle beaucoup de choses) et continuez à mener le bateau car vous êtes encore le capitaine.

L’univers de ton enfant changera, mais tu demeureras toujours celle qui, avec papa, l’a créé. Tu seras toujours l’encre dans le bateau. Ton enfant en aura probablement moins besoin mais le simple fait de savoir qu’il est là, que tu es là, sera d’un énorme réconfort et tôt ou tard, c’est certain qu’il va l’utiliser.

Maman un jour, maman toujours.

Et ce, peu importe l’étape où nous sommes rendus.

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter