La maladie silencieuse

C’est ainsi que je l’ai appelée. La maladie mentale de ma fille. La maladie silencieuse. Parce qu’au premier regard, à la première rencontre, tu ne la vois pas. Tu ne la détectes pas. Même certaines personnes s’étonnent encore quand je leur dis. Elle ne se voit pas, mais elle change son quotidien, notre quotidien. Chaque nouveauté est une épreuve à traverser pour elle. Toutefois, dans le long processus de consultation psychologique que nous avons avec notre grande fille de bientôt 10 ans, une chose est sûre : il faut relever quotidiennement ces défis afin qu’elle devienne une adulte autonome et responsable.

Un défi et une récompense

Juliette a reçu, très jeune, un diagnostic de TAG, un trouble d’anxiété généralisé. Dans le cadre de sa psychothérapie cognitive et comportementale, la psychologue a dénoté que Juliette a TOUS les troubles reliés : TOC, trouble obsessif-compulsif, anxiété de séparation, etc. Chaque semaine, nous travaillons un objectif à la fois. Et chaque nouveau défi réalisé avec succès par notre fille se mérite une récompense. C’est ainsi que nous réussissons, chaque jour, à rendre Juliette un peu plus autonome. Car l’autonomie étant le contraire de l’anxiété, je dois vous avouer que notre quotidien passe effectivement d’un pôle à l’autre en une fraction de seconde. Juliette le vit dans son cœur et dans sa tête à chaque seconde de sa vie. C’est, à ce jour, la meilleure façon que j’ai trouvée pour l’expliquer à quelqu’un qui n’en souffre pas. C’est un manège épuisant, qui donne la nausée et des maux de tête pas juste à Juliette, mais à toute la famille. La maladie silencieuse affecte l’entourage en entier.

Assister à un spectacle d’envergure

Assister à un spectacle de Marie Mai pour aider à vivre avec l'anxiété-TAG= anxiété-enfant-famille-défi-récompense

Photo : Cynthia Côté

Nous avons reçu une belle invitation à assister au spectacle de Marie-Mai au Centre Bell le 15 février dernier. Connaissant l’amour de Juliette pour cette chanteuse québécoise, je savais qu’elle serait très emballée à l’idée d’y assister, mais également très anxieuse face à cette sortie. Pour une jeune fille qui a un fort TAG, aller à Montréal, être dans une foule immense dans un espace restreint, ne pas savoir ce qu’elle pourra manger, boire, qui sera à côté d’elle, où est stationnée l’auto, combien de temps ça prendra sortir de là si une crise de panique lui prend, etc., c’était un IMMENSE défi.

Juliette a assisté à son premier gros spectacle de musique et même si c’était extrêmement difficile et exigeant pour elle par moment, elle a beaucoup aimé ça et était très impressionnée. On a fait des respirations. On s’est parlé. On a gardé notre calme. On est sorties prendre l’air. On s’est écouté. On est allées à son rythme. On a réussi. 

Juliette s’est permis quelques instants, à la toute fin du spectacle, d’oublier qu’elle n’était pas seule et qu’elle pouvait être elle-même. Mais tout cela doit partir d’elle. Seule. Elle était si belle à voir aller et j’étais tellement fière des efforts surhumains qu’elle a faits pour s’y rendre. 

À tous les parents qui ont des enfants anxieux, notre rôle est de leur montrer qu’ils sont capables d’affronter pas mal plus de choses qu’ils peuvent se l’imaginer. Il faut à la fois gérer les autres enfants aux personnalités bien souvent diamétralement opposées, nos propres peurs et angoisses et amalgamer le tout pour que l’équilibre familial soit sain pour tout le monde. C’est un défi quotidien pour nous aussi, c’est lourd à porter parfois et on se sent bien seuls et incompris. Je le vois dans le regard des gens quand j’essaie de leur expliquer les réactions bien souvent explosives et inattendues de ma fille. Je le vois dans les notes écrites des professeures de ma fille qui oublient, par moments, qu’elle en souffre. Je le vois dans mes discussions avec ses grands-parents qui ne réalisent pas l’ampleur de la chose. Je le vois tout le temps. 

Juliette a géré comme une pro, s’en est sortie avec de gros maux de tête, mais je sais qu’elle a gagné un brin en confiance en elle. Et ça, c’est un pas de géant.

Merci à Marie-Mai pour les messages forts inspirants véhiculés lors de son spectacle et merci pour l’invitation média.

Marie-Mai sera d’ailleurs en spectacle le 2 mars prochain au Centre Vidéotron de Québec.

Photos : Roy et Turner communications

Article rédigé par Cynthia Côté

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur
 Instagram

Décharge : #invitationMédia. Merci à Roy et Turner communications pour l’invitation.