L’importance de s’écouter : la fois où j’ai fait la patate sur le divan

Cette année, en raison des rénovations majeures dans notre maison, Pierre et moi avons décidé de ne pas s’offrir de cadeaux. Bon, la Jaime bébé un peu que je suis était un brin déçue (!), mais ma tête comprenait et était d’accord avec cette décision. On est aussi très choyés par la vie – que ce soit mon emploi qui nous permet de vivre une panoplie de belles choses ou le simple fait d’avoir pu rénover notre chez nous.

Cela dit, j’ai tout de même l’impression d’avoir eu un temps des Fêtes riche en cadeaux et j’ai réalisé durant cette pause l’importance de s’écouter. Vraiment s’écouter.

Depuis le 20 novembre et ce jusqu’au 21 décembre, notre maison a été un réel chantier. On a vécu 3 semaines sans cuisine, il y a eu de la poussière partout- c’était intense. Quand tout le monde est (finalement) parti le 21 décembre à 16 h, j’ai enfin pu prendre une grande respiration de soulagement et c’est là que j’ai fait un grand constat : j’étais à bout, j’étais fatiguée.

Je recevais le 23 et le 25 décembre, une fois ces soupers (qui furent bien agréables) passés, je me suis mise en mode repos. Outre quelques petites sorties pour accompagner ma mère qui s’est cassé un os du pied le 23 décembre et un café avec une amie, je suis restée à la maison. Une amie est venue passée un 24 H chez moi avec ses enfants; ce fut vraiment très agréable! Puis le reste du temps, j’ai été une patate sur le divan. Une vraie patate. 

faire la patate sur le divan

J’ai écouté une panoplie de films quétaines sur Netflix. 

On s’est tapé la saison 3B de Fuller House.

On a même entamé la série Friends avec les enfants.

Matin – midi – soir, j’étais en pyjama.

Je n’avais aucune envie de faire e-rien d’autre.

Mon ordinateur est demeuré fermé pendant plusieurs jours et quand l’envie me prenait, j’allais fouiner sur les réseaux sociaux avec mon cellulaire.

Je me suis écoutée. 

Ça faisait des mois que je n’avais pas fait ça.

Je me suis écoutée. 

Puis le plus beau dans tout ça : sans AUCUNE culpabilité.

Imaginez-moi en train de danser la danse du bonheur et de la gratitude. Ouiiiiii SANS culpabilité!

Oui, du ménage m’attendait. Oui, j’aurais pu peinturer. Oui, j’aurais pu défaire des boites et organiser un peu plus la maison. Il y a toujours quelque chose à faire, tsé!

Toutefois, j’ai choisi de m’écouter.

Le bien que ça m’a fait. 

C’est inestimable.

Le 31 au matin, lorsqu’on se préparait pour nous rendre chez le beau-frère pour entamer la nouvelle année, j’ai réalisé à quel point ces derniers jours m’avaient fait du bien.

Que j’avais reçu un immense présent durant les Fêtes: soit celui de m’écouter sans culpabilité.

Les dernières semaines ont été riches en apprentissages pour moi.

Même si nous n’avions ni sapin, ni cadeaux cette année, j’ai tout de même l’impression d’avoir gagné le gros lot. 

Quel sentiment… quel beau cadeau.

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter
Suivez-moi sur Instagram