Infertilité : ce qu’il ne faut pas dire

J’ai longtemps hésité avant de poser une question sur l’infertilité sur la page Facebook de Je suis une maman. Je suis très consciente que c'est un sujet délicat, mais je désirais savoir quelles phrases ou questions devaient être évitées. Le tout dans le but de nous éduquer. Pour que nous soyons plus à l'affût de leur réalité. Même en ayant de bonnes intentions, nous pouvons parfois blesser quelqu’un. L’infertilité n’est pas une réalité que j’ai connue. Pourtant des personnes autour de moi l’ont vécu ou le vivent. À mon avis, c’est important d’être bien outillée pour appuyer nos proches qui vivent cette situation.

Avec ce que j’ai vu et lu cette semaine, plusieurs couples vivent avec l’infertilité. En effet, un couple sur six. C’est énorme.

J’ai compilé vos réponses. Voici les phrases à éviter lorsque nous discutons avec des couples vivant avec des problèmes d’infertilité.

« Adopte et tu vas tomber enceinte. » 
Quand leurs enfants sont tannants, ils disent : « Es-tu certaine que tu en veux ? »
« Tu vas voir, quand tu vas arrêter d'y penser, ça va arriver ! »
« En attendant, tu en vois plein à ton travail, ça compense non? »
« Allez-vous adopter ? »
« Faut-il t'expliquer comment faire ? As-tu besoin d'une démonstration ? »
« Tu ne peux pas comprendre, tu n'as pas d'enfants. Tu vas voir quand tu vas en avoir. »
« Tu en a déjà un, tu n’es pas capable de te contenter de ça ? »
Après une fausse couche…
« Vous avez juste à en faire un autre. »
De dire qu’après un certain nombre de semaines ce n’est pas vraiment une fausse couche. Quand ça fait des années que tu essaies, pour toi, c’était ton bébé.
« Veux-tu que j'aille remplacer ton chum? »
« Faites confiance en la vie, mais vous êtes peut-être fait juste pour vivre votre vie à deux. »
« Vous devriez peut-être commencer à oublier d'être parent. »
« Si ça m'était arrivé à moi, j'aurais accepté le destin et j'aurais passé à autre chose »
Dire que moi je ne faisais qu'y penser et je tombais enceinte comme ça (claquement de doigts).
De dire à l’homme : «Prête-moi ta blonde, je vais t'arranger ça. »
« Change de chum ! Vous n’êtes pas fait pour aller ensemble ! »
« Tu le mérites tellement ! » (Ça ne va pas au mérite)
« Sois courageuse ! » (Heuuuu... Pour passer à travers on l’est déjà)
« Tu es jeune, tu as le temps d'en faire d'autres ! »

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai été surprise en lisant quelques-unes de ses réponses. C’est bien beau connaitre les phrases à éviter, mais voici quelques conseils pour mieux aborder le sujet…

Toute question se pose. Tout dépend de la façon dont elle est posée. Selon Marie-Josée, une maman de la communauté Facebook, il n'y a pas de questions ni de commentaires à entendre, mais seulement avoir des ami(e)s à l'écoute, et ce, en tout temps.

Selon elle, la question à poser serait: « as-tu besoin d'en parler? ». Car au début, elle en parlait beaucoup. Ensuite, par peur d’être fatigante, elle a arrêté, mais elle avait encore besoin d’en parler. Bref, pour résumer, il faut tout simplement être à l'écoute.  Et je rajouterai, se servir de notre GBS… notre gros bon sens.

Merci à toutes celles qui ont témoigné en cette semaine de sensibilisation à l’infertilité. Vous avez également été nombreuses à lire, commenter et partager : merci d’avoir participé en si grand nombre. Nous avons mis une belle lumière sur un sujet délicat et je suis très contente, car il ne faut surtout pas oublier ces couples qui désirent fonder une famille, mais qui vivent une montagne russe d’émotions dans leur processus. Ce n’est pas toujours facile ni rose pour tous les couples.