L’école : écriture versus ordinateur (2e partie)

Des parents et des enseignants nous donnent leur avis.

J’ai récemment lu les résultats d’un sondage réalisé sur l’écriture et j’ai trouvé ça fort intéressant. De plus en plus, nos jeunes travaillent sur des ordinateurs. Même que, l’an passé, mes deux enfants ont préparé des présentations PowerPoint pour des exposés oraux et j’étais bouche bée.

La première fois que j’ai vraiment travaillé avec un ordi était mon cours de dactylographie en 3e secondaire. Tranche de vie !!!

J’aime toujours voir ce que d’autres pensent sur certains sujets.

Quelques résultats du sondage

1) Le sondage mandaté par BIC révèle que, même en cette ère électronique, 99 % des parents croient qu’enseigner à un enfant à écrire à la main à l’aide d’un crayon ou d’un stylo reste important, au lieu d’apprendre seulement à taper sur le clavier d’un ordinateur*

2) Les avantages de développer de bonnes aptitudes à l’écriture vont au-delà de la calligraphie. La vaste majorité des parents interrogés croient que pratiquer l’écriture à la main avec leur enfant aura un impact sur son habileté à lire (95 % des répondants sont d’accord avec cette affirmation), à s’exprimer (96 % des répondants sont d’accord avec cette affirmation) et à communiquer (97 % des répondants sont d’accord avec cette affirmation).

école
ordinateur

Qu’en pensent les enseignants ?

Je voulais avoir l’avis d’enseignants sur le sujet. J’ai parlé à une enseignante au primaire, à une orthopédagogue. J’ai aussi demandé son avis à ma collaboratrice Laurence qui est enseignante. Voici ce qu’elles avaient à dire sur le sujet.

L’enseignante au primaire

En tant qu’enseignante, je suis aussi d’accord avec ces deux sondages. L’écriture à la main développe davantage le sens de l’écriture pour plusieurs raisons. En tant qu’enseignante de la 6e, j’ai obligé, dans les dernières années, les élèves à rédiger plusieurs écrits à la main. Premièrement, pour l’ardeur que celle-ci exige, l’écriture à la main demande aux élèves de faire davantage d’efforts de concentration. Puis, les élèves sont plus portés à se relire. Lorsqu’ils écrivent à l’ordinateur, ils ne réfléchissent pas de la même manière puisque ce dernier corrige quelques erreurs au fur et à mesure. Les élèves sont portés à se fier à ces corrections plutôt que d’aller vérifier dans le dictionnaire. Puis, la cohérence du texte devient souvent chaotique; les élèves perdent le fil conducteur de leurs idées puisqu’ils écrivent au fur et à mesure. De plus, lorsque les jeunes écrivent à l’ordinateur directement, ils sont portés à écrire comme lorsqu’ils clavardent sur Facebook tandis qu’à la main, c’est autrement. De nos jours, les jeunes ont de la difficulté à planifier, ils sont davantage dans l’instant. Rien ne vaut mieux qu’un bon plan pour leur montrer l’organisation et la cohérence d’un texte. L’ordinateur, tout comme les téléphones intelligents et les tablettes, est un outil essentiel en 2014. Toutefois, cela crée le fait de tout avoir au bout du doigt sans faire trop d’efforts, sans réfléchir à comment écrire, sans avoir le souci ou le doute de comment orthographier un mot ou conjuguer un verbe ou accorder un nom. Somme toute, nous ne pouvons pas ignorer ce phénomène informatique. Nous devons plutôt travailler avec ces différents outils et surtout éduquer les élèves, leur montrer comment transférer les outils qu’ils apprennent en écrivant à l’aide d’un traitement de texte. Donc, il faut partir de la main vers la machine !

Orthopédagogue

Bien sûr, je suis en accord avec les points, particulièrement sur les impacts bénéfiques de l’écriture sur la lecture, le développement du langage oral et du raisonnement. Beaucoup d’auteurs traitent du sujet, d’ailleurs. 

Par rapport à l’électronique, c’est une grande question ! Bien sûr que c’est de plus en plus présent, et il faut que l’école y accorde sa place. Après tout, l’école devrait être un peu le reflet de la vie ! Je paraphrase David Booth, conférencier que j’ai vu à New York : « The most important for kids is to be litterate, with whatever text form it is. »

Cela dit, j’ai la conviction que c’est le rôle de l’enseignant que de donner le goût de la lecture et de l’écriture aux jeunes et je ne vois pas comment ça peut se faire sans « vrais » livres et sans « vraie » écriture, c’est-à-dire permettre à l’élève d’écrire dans des contextes authentiques et signifiants sur des sujets qui lui tiennent à cœur. 

Avis de ma collaboratrice Laurence (enseignante au secondaire)

Pour savoir ce que ma collaboratrice Laurence avait à dire sur le sujet, cliquez ici (car elle nous a écrit un texte au complet !!!).

Marie-Eve Ross (enseignante au secondaire)

Il est certain que nos jeunes écoliers baignent dans un monde électronique qui ne cesse de progresser.  Il est très important qu'ils apprennent à connaître et à utiliser les divers médias, car ils seront les utilisateurs de demain. Attention, cela ne veut pas dire de tout jeter nos papiers et crayons ! Écrire avec un crayon aide l'enfant dans plusieurs sphères de développement (motricité, cerveau...).  Il est important de ne pas le négliger.  Je pense que l'équilibre est de mise... Ma fille utilise autant la tablette pour dessiner et créer que ses magnifiques crayons multicolores (que je viens d'ailleurs de lui acheter pour sa 1ère année!).

Vous, qu’en pensez-vous ?

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter