Suggestion lecture estivale

Nous, les mamans, avec la vie mouvementée que nous menons (infirmières, professeures, chauffeuses, entraîneuses de soccer, femmes de ménage et, surtout, tueuses de monstres) nous avons droit à notre 30 minutes pour soi, pour nous dire bravo d’avoir réussi tout ça en une seule journée ! Un jour, ayant réalisée que je devais me trouver une petite activité pour moi-même, je suis tombée sur la collection de livres la plus folle qui soit : Les Chick Lit de l’auteure Amélie Dubois.

C’est en 2009 qu’Amélie commença à en écrire les premiers mots et, en 2011, que les deux premiers tomes sont sortis simultanément en librairie. Ce fut un succès immédiat ! Que veut dire l’expression Chick Lit ? Cette expression est connue depuis 1996 et indique que le roman est écrit par une femme pour des femmes !

Dans cette collection constituée de six livres, dont le plus récent est sorti en mai dernier, on y trouve les histoires et les déboires de quatre filles, à l’aube de la trentaine qui, au départ, devaient rester célibataires durant six mois. Vous vous douterez qu’il y aura, bien sûr, des embûches, des hommes à profusion, des vêtements enlevés et de bons soupers au resto chinois ! Vous tomberez en amour à coup sûr avec Mali, Sacha, Coriande, Geneviève et vous serez jalouse de leur confrérie.  

Sincèrement, j’ai accroché dès la première page et je n’ai jamais arrêté ! J’avais presque hâte que ma petite puce se couche pour que je puisse rejoindre la vie de ces célibatstars et, ainsi, voyager dans leurs aventures les plus folles qui soient ! Il y a de l’humour, des larmes, des questionnements, mais jamais de longueurs ! Si vous aimez ce genre de littérature, je vous suggère fortement de lire les autres romans d’Amélie, comme Oui je le veux et vite et Ce qui se passe au Mexique reste au Mexique. 

Bonne lecture !

PS. Essayez de tuer tous les monstres en dessous du lit afin qu’ils ne vous dérangent pas quand les enfants dormiront paisiblement et que vous aurez enfin votre temps si bien mérité ! 

Article rédigé par Véronique Goupil