Stop aux comparaisons...ok?

Toutes les semaines, j’entends des phrases du genre : « Ton fils marchait à 11 mois? Wow, le mien ne marche pas encore à 13 mois, penses-tu qu’il a un retard? » Ou bien « Ton fils ne sait pas faire un casse-tête simple à 14 mois? Penses-tu consulter? Le mien réussissait un semblable à 1 an... » Et j’ai envie de dire aujourd’hui STOP. Stop aux comparaisons inutiles et stressantes*.

Oui oui, c’est inutile!

Parce que malgré tout ce que les livres, les amis et la famille diront, chaque enfant est différent. Et ce n’est pas parce que le vôtre ne réussit pas une action que son ami du même âge réussit haut la main qu’il a un retard. Si vous y réfléchissez vraiment, il accomplit probablement une autre action, complètement différente, que l’ami ne fait pas encore. Les enfants évoluent énormément en peu de temps dans les premières années de leur vie. Ils évoluent chacun différemment, à leur rythme, et surtout ils apprennent des choses dans un ordre qui leur est propre.

 ...émerveillons-nous des réussites de chacun de nos enfants!  Photo : Émilie Poirier

...émerveillons-nous des réussites de chacun de nos enfants!
Photo : Émilie Poirier

C’est stressant pour les parents de toujours penser à un retard avant même la fête de 5 ans. Cessons un peu de causer tout ce stress inutile avec des comparaisons qui ne veulent rien dire. Profitons plutôt du moment présent, et émerveillons-nous des réussites de chacun de nos enfants.

Après tout, comparons-nous autant les adultes entre eux? Est-ce que nous clamons que notre ami du même âge n’écrit pas aussi bien que nous, que notre cousine ne nage pas aussi bien que notre sœur et que notre voisin n’est pas aussi bon au golf que notre conjoint? Pas vraiment, car nous comprenons que chaque adulte a ses forces et ses faiblesses. Peut-être que nous devrions relativiser de la même façon par rapport à nos enfants?

*Si toutefois vous pensez réellement que votre enfant a un retard, consultez un professionnel de la santé rapidement. Les retards, bien que peu courants, sont malheureusement une réalité de plusieurs familles.

Article rédigé par Émilie Poirier

Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Instagram