SOS Labyrinthe

Aimez-vous les labyrinthes ? Aimez-vous chercher des indices et trouver des trésors ?

À Montréal, dans le Vieux Port au hangar 16, il y a l’aventure SOS Labyrinthe.

SOS Labyrinthe

Le labyrinthe nous fait non seulement participer à une chasse au trésor, mais nous fait aussi découvrir la riche histoire du hangar 16 et de ses débardeurs qui ont demeuré dans le hangar durant les années 1940.

Je vous recommande cette activité si vous avez des enfants aventureux et curieux. L’âge idéal pour participer à l’aventure SOS Labyrinthe est d’environ 8 ans. Si, toutefois, vous avez des enfants plus jeunes, le jeu peut être amusant à partir de 5 ans.

De plus, si vous avez plusieurs enfants et que vous avez un bébé, il n’y a pas de problème. Vous pouvez amener votre poussette. Un préposé se chargera de vous aider à accéder au labyrinthe en toute sécurité. Il y a toutefois certains effets spéciaux sonores qui peuvent faire peur aux plus petits.

Nous avons complété le labyrinthe en 45 minutes. J’y étais avec ma fille de 6 ans et mon père. Les enfants de 8-10 ans mettrons environ une heure pour le compléter, si les parents ne les aident pas trop.

Les jeudis soirs, il y a un spécial blackout. Apportez votre lampe de poche, l’aventure se déroule… dans le noir.

Enfin, si vous désirez manger sur place, vous pouvez pique-niquer aux alentours du hangar 16. Vous pouvez aussi apporter votre lunch à l’intérieur du hangar, il y a des tables prévues à cet effet.  Pour suivre la tendance, il y a aussi des food trucks à proximité. 

Le seul désagrément vécu lors de ma visite est l’accès à l’attraction. Le Vieux Port de Montréal est très achalandé par les voitures. Le réseau de transport en commun ne se rend pas précisément au quai de l’Horloge. Il faut marcher considérablement entre la station de métro Champs-de-Mars ou Place-d’Armes et le quai de l’Horloge. C’est à prévoir si vous êtes avec de jeunes enfants.

Pour terminer, je recommanderais cette activité lors des journées grises ou très chaudes puisqu’elle se déroule à l’intérieur. La brise du fleuve rafraichit bien l’endroit. 

Article rédigé par Laurence Lavigne
Blogue : Dans la cuisine de Laurence
Facebook : Dans la cuisine de Laurence
Twitter : @laurencecuisine