Ne le dis pas, mais je dors avec mon enfant

Le co-dodo est une pratique controversée. Les instances gouvernementales émettent plusieurs consignes pour assurer la sécurité des enfants. Une d’entre elles ne fait toutefois pas l’unanimité : le partage du lit ou co-dodo.

La société canadienne de pédiatrie recommande le partage de la chambre jusqu’à ce que l’enfant ait 6 mois. Toutefois, le partage du lit, ou co-dodo est formellement interdit [CG1] , même si plusieurs recherches nous démontrent qu’il y a moins de risque de mort subite du nourrisson (MSN) si le parent dort près de son enfant. Celui-ci est alors plus alerte aux signaux d’alarme du nourrisson. De plus, l’odeur et la respiration du parent aident le nouveau-né à régulariser ses systèmes internes encore immatures. Pour toutes ces raisons, de nombreux parents dorment avec bébé sans oser le dire…

Pour la mère qui allaite, dormir dans le même lit que son enfant a beaucoup d’avantages. Entre autres, le co-dodo favorise des tétées fréquentes, élément essentiel pour maintenir une bonne production de lait.   Il procure à la mère plus de sommeil et une augmentation de son taux de prolactine qui conduit à un intervalle plus long entre les naissances.

Pour le bébé, le partage du lit avec sa mère augmente sa consommation quotidienne de lait, diminue ses pleurs et son stress, en plus de bénéficier des caresses sécurisantes et apaisantes de sa mère.

Alors, c’est quoi le problème?

Le problème, c’est que plusieurs facteurs de risque sont réunis dans le co-dodo. Il y a donc des précautions importantes à prendre pour que votre sommeil et celui du nouveau-né soient sécuritaires. Tout d’abord, le nourrisson devrait dormir dans un environnement où la température oscille entre 16 °C et 18 °C. La température du corps humain est à 37 °C. Si l’on additionne à cela la chaleur émise par le couvre-lit et les couvertures, ça devient un cocon beaucoup trop chaud pour bébé. Il est donc important de laisser une distance entre l’enfant et le parent. Bébé devrait être couvert d’un simple drap de coton, son visage constamment découvert et couché sur le dos. Assurez-vous que votre matelas est ferme et que l’enfant n’est pas placé de façon à ce qu’il puisse rouler entre le lit et le mur. Votre compagnon doit aussi être conscient que le bébé est auprès de vous.

Certaines circonstances exigent de s’abstenir de dormir dans le même lit que l’enfant :

  • Si vous ou votre conjoint êtes fumeurs,
  • Si vous avez consommé de l’alcool, de la drogue ou un médicament qui a un effet sédatif,
  • Il est aussi préférable de ne pas pratiquer le co-dodo au cours des premiers mois de vie d’un bébé s’il est né prématurément, s’il est de petit poids, ou si vous, votre conjoint ou votre bébé faites de la fièvre.

Bien entendu, partager ou non le même lit que votre bébé est une décision bien personnelle. Certains parents dorment très mal et sont très inquiets si le bébé est dans leur lit. Si vous êtes de ceux-là, le co-dodo n’est pas pour vous. Par contre, si c’est le secret d’une nuit avec plus de sommeil et que, de cette façon, toute la petite famille se porte mieux, alors n’hésitez plus. N’oubliez pas, par contre, de prendre toutes les précautions qui s’imposent et de bien respecter les normes de sécurité.

Nous vous invitons à consulter les liens suivants pour plus de détails.

1-      http://cododo.free.fr/articles/McKenna.htm

2-     http://www.unicef.org.uk/Documents/Baby_Friendly/Leaflets/Other%20languages/sharingbedleaflet_french.pdf?epslanguage=en

3-      http://www.aspq.org/documents/file/25-11-10_9h40_3a-a-cote_co-dodo.pdf

L’équipe postnatale de Naissance Renaissance Estrie