Mon enfant mord

Quand il était petit, mon fils mordait sans arrêt. Incapable de contrôler ses pulsions, il mordait quand il était fâché, mais aussi quand son cœur débordait de joie. Comment interpréter ce geste inconvenant ?

Pour comprendre le geste, il importe de tenir compte du stade de développement de l’enfant. Ainsi, pour le bambin de moins de deux ans, mordre est une façon d’explorer le monde avec sa bouche (phase orale du développement), de soulager la douleur causée par les percées de dents ou d’exprimer une émotion. Mordre (ou taper) est en quelque sorte un moyen de communication utilisé par celui qui ne peut s’exprimer par la parole.

« Le comportement est un langage qui nous invite à être curieux et à nous poser la question : Qu’est-ce que mon enfant tente maladroitement de me dire en ce moment ? »  Mitsiko Miller, Projet famille en harmonie

Comment intervenir auprès de l’enfant qui mord

Avant 18 mois, l’enfant est incapable d’autodiscipline. De plus, il n’a pas l’intention de blesser lorsqu’il mord. Il agit sous l’effet d’une pulsion. Le rôle des parents consiste à l’aider à maîtriser son comportement. Tranquillement, il prendra conscience de l’impact de son geste sur autrui et intégrera d’autres façons d’exprimer sa colère ou sa frustration. L’acquisition du langage est souvent salutaire puisqu’il permet de s’exprimer par des mots, plutôt que physiquement.

Peu importe l’âge, mordre est un comportement qu’il ne faut pas accepter.

Voici quelques trucs pour intervenir et modifier le comportement.

1-     Si bébé a tendance à mordre, essayez de détourner son attention lorsque vous pressentez sa tentation.

2-     Offrez-lui des jouets texturés qui satisferont son désir d’explorer le monde avec sa bouche. La morsure provoque souvent une réaction sonore (le cri de l’autre enfant), ce qui permet à bébé d’explorer le concept d’action-réaction. Offrez-lui des jouets qui simulent cette expérience, comme des jouets sonores.

3-     Signifiez à l’enfant que son geste est inapproprié. Un non ferme, sans colère, lui indique votre mécontentement. Par contre, interdire fermement ne suffit pas. L’enfant comprend que l’adulte désapprouve le geste, mais il ne sait toujours pas comment exprimer son émotion.

4-     Devenez un modèle en verbalisant pour lui la situation. Le rôle du parent est de comprendre le besoin de l’enfant, d’identifier la source de sa colère (ou de sa joie !) et de mettre des mots sur la situation qu’il vit pour l’aider à s’exprimer, même sommairement, en fonction de ses aptitudes langagières. Bref, le parent doit amener l’enfant à manifester son sentiment en lui offrant un modèle verbal concret.

5-     Si votre enfant en a mordu un autre, intervenez rapidement en commençant par réconforter l’enfant mordu. Votre enfant doit comprendre que ce comportement ne lui attirera pas votre attention. Ensuite, amenez votre enfant à réparer son geste en appliquant une débarbouillette sur la blessure, en prêtant un jouet ou en faisant une caresse. On l’invite également à mettre des mots sur ses émotions. Ensuite, on passe à autre chose, question de ne pas mettre trop d’emphase sur le comportement négatif. Par contre, on valorise les bons coups de l’enfant afin de lui montrer le bon exemple.

Exemple d’intervention

« Viens, je vais t’aider à dire à ton frère que tu n’aimes pas qu’il t’enlève ton jouet. Dis-lui (en fonction de son âge) : à moi, donne ou le jouet est à moi, donne-le-moi ou attend ton tour. » N’oubliez pas de le féliciter lorsqu’il réussit à exprimer ses sentiments. Un regard reconnaissant suffit parfois à combler l’enfant. Vous pouvez également lui dire « Bravo, tu as été capable de lui dire avec des mots ».

Mordre, tout comme taper, lancer des objets, crier ou faire des crises, est une période normale du développement de l’enfant. Vers l’âge de 2-3 ans, l’enfant a du mal à attendre pour obtenir ce qu’il veut. Votre rôle consiste à lui enseigner patiemment les notions de partage, de patience et de conciliation. Vers 3-4 ans, il sera plus à même de comprendre les raisons d’un interdit et arrivera plus facilement à exprimer verbalement son désaccord.

L’expression de la colère en soi est saine puisqu’elle permet de libérer les tensions et les émotions. Reste maintenant à apprendre à gérer l’expression de celles-ci. Et c’est là que votre rôle prend toute son importance.

Références :
Le développement de l’enfant au quotidien. Francine Ferland. Hôpital Sainte-Justine.
Comprendre et guider le jeune enfant à la maison, à la garderie. Sylvie Bourcier. Hôpital Sainte-Justine.
Les psy-trucs pour les enfants de 0 à 3 ans. Suzanne Vallières. Édition de l’Homme.

Article rédigé par Caroline Horrell
Conseillère en communication à Naissance Renaissance Estrie

Le centre de ressources périnatales Naissance Renaissance Estrie accompagne les futurs parents et les familles ayant des enfants de 0 à 2 ans. 
Proposez-nous des sujets de chroniques : chorrell@nre-crp.com