Merci Einstein !

 « Si vous ne pouvez pas expliquer un concept à un enfant de six ans, c’est que vous ne le comprenez pas complètement ». (Albert Einstein)

Probablement comme vos enfants, mon fils me pose de grandes questions sur la vie. J’arrive parfois difficilement à lui donner des réponses bien définies. Pire, souvent je ne parviens même pas à articuler ma pensée. Alors, vous dire comment je me suis sentie à la lecture de cette citation d’Albert Einstein…

À la lumière de ses propos, je serais ignorante des concepts de la vie. Soit, je ne remettrai pas en doute la parole d’un grand savant! Par contre, je vais tenter de remédier à la situtation. Comment? En faisant de moi une fine vulgarisatrice. Un exercise qui ne devrait pas manquer d’éclairer mon fils sur ses grandes questions existentielles et qui par le fait même m’aidera à bien assimiler les concepts de la vie.

 Un jour, mon fils m’a demandé ce qu’était la drogue. Plutôt délicat à expliquer ce concept, s’il en est un, bien sûr. Comme tous les prétextes sont bons quand on apprend la vie, je me suis dit : Va pour ça, je vais lui expliquer c’est quoi la drogue. En y regardant de plus près, il n’est pas faux de prétendre qu’il s’agit d’un concept… Qui brouille même les idées!

- Comment tu te sens quand tu manges une tartine de Nutella.

 - Bien, très bien. Ça goûte tellement bon que j’en prendrais encore et encore.

 Voilà, nous avions une piste.

 - La drogue, c’est comme le Nutella. Ça rend euphorique, mais on réalise que c’est très mauvais pour la santé quand on regarde bien les ingrédients.

 - C’est quoi euphorique?

 - C’est un état de bien-être. Comme quand tu manges du Nutella. 

Ensuite, j’ai expliqué à mon fils que le Nutella crée une dépendance. Une fois qu’on y a goûté, on a envie d’en mettre tous les matins sur son pain. Ça peut même devenir une collation de choix les soirs de semaine. À ce point là, on peut dire que c’est de l’exagération. Bien sûr, quand on est petit, on ne voit aucun mal à ingurgiter autant d’huile et de sucre, mais à long terme, on finit par constater les dommages. En plus, on ne se le cachera pas, mais les entourloupettes comerciales de Nutella visent essentiellement les enfants. Comme pour la drogue, le but est de charmer des personnes vulnérables.

Comprenez moi bien, je ne cherche pas à débiter une tirade moralisatrice sur le Nutella. Je suis la première à en acheter pour faire plaisir aux papilles gustatives de fiston. En fait, mon parallèle entre la drogue et le Nutella sert simplement une bonne cause : Expliquer clairement un concept abstrait. Car, disons-le, donner une explication juste de la drogue à un enfant c’est abstrait. Et dire, que cette même drogue rendra peut-être le dit enfant lui-même abstrait dans quelques années!

Craignez-vous le jour où vos enfants seront exposés à cette menace presque inévitable? Seront-ils tentés d’en faire l’expérience? Pire, en deviendront-ils dépendants? Tant de soucis nous guettent n’est-ce pas? Tiens, j’ai déjà trouvé mon prochain sujet : Maman, c’est quoi des soucis? On n’a pas fini de se jaser… Merci Einstein pour l’inspiration!

Article rédigé par Nancy Therrien