Les conséquences de l'intimidation

Je suis Nathalie, maman de 36 ans d’une grande fille de 8 ans nommée Corine. Corine est une fillette généreuse, gentille et au grand cœur. Elle n’a cependant pas toujours eu la vie facile.

  Crédit photo : Nathalie Bourgeoys


Crédit photo : Nathalie Bourgeoys

Elle a subi de l’intimidation durant deux ans, soit en maternelle et en première année. Elle a perdu confiance en elle ainsi que toute motivation. Elle ne voulait plus aller à l’école. Elle faisait des crises à la maison. Plus personne ne jouait avec elle et elle se retrouvait seule dans son coin aux récréations. TOUTE la classe ne voulait pas jouer avec elle. Elle en faisait pitié. Ses notes ont chuté, déjà qu’elles n’étaient pas fortes. Elle a fini son année avec une moyenne de 45 % en mathématique et de 54 % en français, les deux matières principales qu’il faut réussir pour changer de niveau. De plus, elle ne se confiait plus à moi. Elle s’est renfermée sur elle-même.

Cette année, elle a recommencé sa deuxième année. Elle a maintenant trois amies. Elle est contente et motivée d’aller à l’école et joue avec ses copines aux récréations. Le professeur n’a que du positif à dire de ma fille. Elle voit un orthopédagogue depuis trois ans, elle a commencé à voir une psychologue cette année en plus du travailleur social dans l’espoir de trouver le problème de son blocage.

Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’elle puisse réussir son année. Je suis allée chercher toutes les ressources qui m’étaient offertes. Ce n’est pas évident d’être maman à temps plein à la maison depuis 9 ans déjà. Professeure, maman, docteure, c’est tout ce que nous sommes, sans les compétences nécessaires par contre.

J’espère que l’an prochain, elle pourra monter en troisième année. Elle travaille fort et elle y met les efforts nécessaires. La maman souhaite de tout son cœur que sa grande fille de huit ans réussisse et accomplisse ses rêves les plus chers.

Article rédigé par Nathalie Bourgeoys