Le 5S : une nouvelle façon de s'organiser

La déformation professionnelle vous connaissez ? Je suis ingénieure industriel et ma fonction principale en entreprise est d’optimiser temps et ressources.

Mais bon, on dit aussi cordonnier mal chaussé non ?

Alors voilà que mon armoire à épices est tout sauf optimisée. Ça me prend trop de temps à chercher une épice et je me retrouve souvent avec plusieurs pots d’une même épice. Gaspillage de temps et d’argent !

J’ai donc décidé d’attaquer le problème en appliquant la démarche du 5S, un outil d’amélioration continue utilisé dans le cadre de ma profession. 

C’est une démarche en cinq étapes créée par les Japonais qui sert à organiser les lieux de travail afin d’éliminer les différentes sources de gaspillage. Par exemple, une des sources fréquente de gaspillage est souvent le temps perdu pour chercher ; des outils, des pièces, de l’information ou même dans mon cas, des épices !

Je vais tenter de vous expliquer, à travers l’organisation de mon armoire à épices, l’application du 5S. Avec le ménage du printemps qui s’en vient, peut-être aurez-vous le goût d’appliquer cette démarche pour organiser la salle de jeu, le garage, votre garde-robe, etc. Les applications sont aussi nombreuses que les pièces d’une maison.

Chaque « s » identifie l’étape de la démarche, et bien sûr, en japonais. Voici la traduction en français.

1. Sélectionner (Seiri)

C’est l’étape pour éliminer les choses inutiles et traiter les causes de l’encombrement.

En pratique : Lorsque j’ai tout sorti ce qu’il y avait dans mon armoire à épices, je me suis rendu compte que j’avais différents produits sur cette tablette, j’ai donc relocalisé tout ce qui n’était pas épice. C’est aussi l’étape où l’on doit élaborer la solution qu’on mettra en place pour ne plus retomber dans le désordre ! Il existe de nombreux systèmes de rangement d’épices si l’on navigue sur le net, je voulais une solution simple et sans investissement. J’ai donc opté pour classer mes épices dans des petits bacs où les épices seront regroupées par ordre alphabétique.

2. Situer (Seiton)

C’est l’étape où l’on situe les choses. Chaque chose à sa place.

Crédit photo : Isabelle George

Crédit photo : Isabelle George

En pratique : Puisque j’avais décidé de regrouper les épices par ordre alphabétique; je me suis amusée à les regrouper sur mon comptoir : c’est là que j’ai réalisé que beaucoup de noms d’épices commencent par la lettre C et que j’avais beaucoup trop de doublons !

3. Scintiller (Seiso)

C’est l’étape qui sert à trouver comment on fera pour s’assurer que la solution mise en place permettra d’éliminer les déchets futurs et de s’assurer d’un nettoyage facile et rapide.

Crédit photo : Isabelle George

Crédit photo : Isabelle George

En pratique : Ma solution de plusieurs bacs me permet de faire le nettoyage de mon armoire rapidement. Aussi, avec la contrainte de grosseur de mes bacs, je ne pourrai pas m’emballer et acheter trop d’épices !

4. Standardiser (Seikutsu)

Le standard étant un espace de travail en ordre et propre, c’est l’étape qui permettra dans le futur de mettre en évidence les déviations au standard.

En pratique : Si une épice utilisée est ensuite rangée sur la tablette et non dans un bac, je verrai qu’il y a déviation au standard rapidement. Par contre, pour savoir si les épices sont rangées dans le bon bac après utilisation …c’est le dernier « S » de la démarche qui me permettra de le savoir.

5. Suivi (Shitsuke)

C’est l’étape qui permet d’identifier les solutions à mettre en place pour s’assurer que le standard perdure dans le temps. Par exemple, à l’aide d’une vérification régulière.

En pratique : C’est souvent l’étape la plus difficile à maintenir. Ça prend de la rigueur et de la discipline pour ne pas retomber dans le désordre. Afin d’y arriver, on instaure une vérification régulière. Par exemple, pour mes épices, je me promets de vérifier chaque semaine, un bac au hasard afin de voir si les épices sont encore au bon endroit.

Avec une armoire à épices si bien organisée, mes plats ont soudainement plus de saveur qu’avant.

Bon 5S !

Article rédigé par Isabelle George